RENCONTRER DIEU ?
    Laisse-toi aimer et
sauver par Dieu...

    Let God loveU & saveU
    Qui est le Christ pour toi?
    Mène une vie nouvelle!
   
   PRENDS LES MOYENS!
    Parole de Dieu - Bible
    Parole - Les bases
    Parole - Lectio Divina
    TOP 100 - versets
    Paroles de Bénédiction
    Prière
    Prière d'Adoration
    Prière - Oraison
    Prière du coeur
    Prière vs distractions
    Prière: dévotions?
    Prière de délivrance
    Prière pour l'étude
    Prière de repentir
    Pardon de Dieu
    Eucharistie, ouak?
    Eucharistie, ouak? 2
    Eucharistie: préparation-digestion
    Eucharistie fréquente
    Eucharistie Latin-Fr
    Accompagnement
   
  ACTU
    "STARS" chrétiennes
    JP II: saint?
    Ste Faustine-Miséricorde
    VIDEO: LE témoignage
    Paroles du pape
aux Jeunes
    JMJ
    Hymnes JMJ: Panama
    Prière pour les
Musulmans
    Martyrs d'aujourd'hui
    Prière pour l'unité
des Chrétiens
    Prière pour l'étude
    Horoscope chrétien...
 
  FIANCAILLES - COUPLE - AMOUR VRAI
    Adultère - Divorce
- Fidélité
    Chasteté du couple
    Couple - Mariage
    Couple - Dialogue
    Crises du couple
    Fiançailles, ou pipeau?
    Fiançailles
    Fiançailles - comment
    Fiançailles à 3?
    Se fiancer ou cohabiter?
    Prière - renouvellement
    Sexualité
    Sexualité 2
    Sexualité: contraception?
      
  LIENS
 
 

QUI SOMMES-NOUS ?


contact@jesus1.fr
Suivre la vie du site RSS 2.0
   
 

Bible Segond - Recherche:


   
  CALENDRIER liturgique
perpétuel - Lectures des:
  - Dimanches
    - Semaines

    Saints du jour (Nominis)
    Saints orthodoxes
 



Missel latin-français de Paul VI en traduction précise et avec ses sources bibliques
Ordo, Prières Eucharistiques

   

Traduction exacte du Missel catholique

La prière liturgique forme et manifeste la Foi "Une" de l’Eglise (cf. Ep 4,5). Le coeur de cette prière est établi dans le Missel Romain, "restauré" dans son édition originale latine en 1970. Mais la "version" française publiée à partir de 1974 présente malheureusement moins une traduction qu’une réécriture. Par bonheur, les paroles consécratoires ont été fidèlement transmises ; pour le reste, on a très souvent du mal à reconnaître l’original catholique. Le miracle est que l’Esprit Saint ait continué d’agir malgré ces altérations rapidement introduites, dont le peuple de Dieu attend la correction depuis plus de quarante ans. Le texte français minimalise, rend abstraites, voire gomme idéologiquement les notions de sacrifice, de péché, la différence entre le prêtre célébrant agissant au nom du Christ qui est Dieu et les fidèles baptisés, le rôle catholique du pape, le respect dû à Dieu dans sa transcendance et par conséquent l’adoration qu’Il mérite en son Eucharistie, et enfin la sainteté de Marie
Mgr Annibale Bugnini, Doc. Cath. 1493,829, 1967 : "Il ne s’agit pas de retouches à une œuvre d’art de grand prix, mais parfois il faut donner des structures nouvelles à des rites entiers. Il s’agit bien d’une restauration fondamentale, je dirais presque d’une refonte et, pour certains points, d’une véritable nouvelle création". Non merci.
Conclusion du P. Gélineau : "Le rite romain tel que nous l’avons connu n’existe plus. Il est détruit".
Chanoine Catta, professeur à l’Université Catholique d’Angers, Missale romanum et Missel romain, Cèdre 1975 : "Pas un professeur ne mettrait la moyenne".
Père Joseph Folliet, La Pensée Catholique 135, 71, Lyon 1971, que personne ne peut soupçonner d’intégrisme : "Les platitudes, voire l’inexactitude de certaines traductions, me désolent. On dirait qu’elles s’efforcent de prosaïser et de vulgariser (au sens où ce mot vient de vulgaire) le plus possible le texte sacré".
L’abbé Jean Carmignac a averti contre l’esprit "soixante-huitard" imprégnant ces versions, dont les fantaisies nuisent aussi à l’unité de l’Eglise catholique lorsque le contenu de ses expressions varie trop selon les langues.
Jean-Paul II a aussi dénoncé les "erreurs et omissions" de ces traductions (Instruction Liturgiam authenticam 2001, 6).
Benoit XVI a invité, à propos du Credo, à prononcer ce dernier tel que l’Eglise le dit aujourd’hui mais en le pensant tel que l’Eglise l’a rédigé dans l’histoire et transmis.
Puisque le Salut des âmes passe par la fidélité à l’Eglise, nous proposons donc ici (en colonne centrale) une traduction assez littérale, afin que notre esprit et notre coeur aient conscience de ce que l’Eglise croit, lorsque notre bouche parle ou nos oreilles entendent.
Il ne s’agit pas d’un texte pour l’usage liturgique mais pour la prière personnelle participant à la liturgie en communion avec l’Eglise universelle, "afin que tout genou fléchisse et que toute langue (le français aussi...) confesse que Jésus Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père". (Ph 2,11)
Les passages en gras manifestent tout ce qui est présent dans le Missel Romain latin mais n’apparaît pas dans les versions françaises diffusées (lacunes ou changements). En italique dans la "version" de 1974 : les ajouts ou modifications par rapport à l’original latin.

Remarquons qu’avec toutes les lectures, 80% des paroles de la messe viennent des Ecritures (tant dans la bouche du célébrant que par celle des fidèles : soit en citations littérales, soit en réponses aux paroles divines) : qu’y a-t-il de plus biblique qu’une messe, unissant ainsi les paroles du Seigneur à ses actes ? Nous plaçons les références en notes.

Le terme latin Missa lui-même signifie "envoi" :
* du Fils par le Père vers les hommes dans l’Incarnation et le sacrement (Jn 4,34 et al.) ;
* du Fils et des prières par l’assemblée et par l’ange dans l’offrande montant vers le Père (cf. Thomas d’Aquin, ST III,q.83,a.4) ;
* des Chrétiens vers le monde après avoir reçu la parole, le corps, l’âme et la divinité du Christ dans la communion.
L’ensemble de ces sens représente une réparation (tiqun) de l’"envoi" (Gn 3,23) de Adam et Eve hors du jardin après le péché.

Ordo latin officiel

Version littérale

"Version" 1974 et sv.

Notes

In nómine Patris, et Fílii, et Spíritus Sancti R/ Amen

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. R/Amen
(Signe de croix -cliquer)

Nom de J : Mt 28,19 ; Ac 4,12 ; 1Co 12,3
Amen : 1Ch 16,36 ; 2Co 1,20 ; Ap 3,14 ; 7,12 ; 19,4

Dóminus vobíscum.
Vel : Pax vobis
R/ Et cum spiritu tuo.

Le Seigneur est avec vous.                                                    (Affirmatif vs optatif !)
(ou : la Paix est/soit avec vous.)                                            (Messe pontificale)
(Mission pour le Salut : Isaac (Gn 26,3.24) ; Jacob (Gn 28,13-15) ; Moïse (Ex 3,12 ;4,12) ; Josuée 1,5.9 ; Gédéon (Jg 6,12.16) ; Ruth 2,4 ; David (2S 7,3) ; Jérémie 1,6-8 ; Marie (Lc 1,28) ; 2Timothée 4,22)
R/ Et avec votre esprit. (Ga 6,18)

Grátia Dómini nostri Iesu Christi, et cáritas Dei, et communicátio Sancti Spíritus sit cum ómnibus vobis.

La grâce de NSJC, l’Amour de Dieu, et la communion du Saint-Esprit soit avec vous tous.

La grâce de JCNS, l’Amour de Dieu le Père, et la communion du Saint-Esprit soient toujours avec vous.

(Salut° : 2Co 13,13)
La grâce ( Marie !) :
Rm 1,7 ; 1Co 1,3 ; Ga 1,3 ; Ep 1,2 ; Ph 1,2

Fratres, agnoscámus peccáta nostra,
ut apti simus ad sacra mystéria celebránda.

Frères, reconnaissons nos
péchés, pour que nous
soyons aptes à célébrer les saints Mystères.

Préparons-nous à la célébration de l’eucharistie en reconnaissant que nous sommes pécheurs.

 

Confíteor Deo omnipoténti et vobis, fratres, quia peccávi nimis cogitatióne, verbo, ópere et omissióne
[et, percutientes sibi pectus, dicunt] :
mea culpa
, mea culpa, mea máxima culpa.
[Deinde prosequuntur :]
Ideo precor beátam Maríam semper Vírginem, omnes Angelos et Sanctos, et vos, fratres, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum.

Je confesse à Dieu tout puissant et à vous, frères, car j’ai péché excessivement par la pensée, la parole, les actes et par omission :
je suis coupable, je suis coupable, je suis grandement coupable.
C’est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge, tous les Anges et les Saints, et vous, frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

Je confesse à Dieu
tout-puissant, je
reconnais devant mes
frères, que j’ai péché,
en pensée, en parole,
par action et par omission ;
oui, j’ai vraiment péché ;
c’est pourquoi je supplie la Vierge Marie, les anges et tous les saints, et vous aussi, mes frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

Ne 9,2 ; Ps 32,5 ; 38,18 ; Pr 28,13 ; Si 4,26 ; Lv 5,5 ; Nb 5,7 ; Mt 3,6 ; Jc 5,16 ; 1Jn 1,9 ; Didaché 14 ; 1Co 11,28.27
nimis : 1Ch 21,8 ; Ep 2,4
Ps 19,15 ; Jc 3,5 ; 4,17 ; Mt 19,16-24
Crainte sacrée : Gn 17,2 ; 28,17 ; Ex 3,6 ; 19,16 ; Mt 17,6 ; Ap 1,17
1Th 5,25

Misereátur nostri omnípotens Deus et, dimissís peccátis nostris, perdúcat nos ad vitam aetérnam. R/ Amen.

Aie miséricorde envers nous Dieu tout puissant et, nos péchés ayant été remis, conduis-nous à la vie éternelle. R/ Amen.

Que Dieu notre Père nous montre sa miséricorde, qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. R/ Amen.

cf. 1Jn 1,9

Kyrie : Mt 9,27+ 20,30 deux aveugles ; Mt 15,22 mère cananéenne pr fille ; Mt 17,15 père fils possédé ; Mc 10,47 Bartimée ; Lc 17,13 dix lépreux ; Lc 18,13 publicain (ilaskomai) + nbx Ps LXX ; cf. Tb 8,4 ; 1Tm 1,2

Gloria : Lc 2,13-14 ; Ap 7,11-12 ; 19,6 ; 2Jn 3 ; 1Co 6,20
Roi : Ps 24,7-10 ; 95,3 ; 98,6 ; 99,4 ; Is 43,15 ; 44,6
Très-Haut, Tout-puissant : Gn 17,1 ; Ex 6,3 ; Ps 68,14 ; 83,18 ; 91,1 ; Ba 3,1 ; 2Co 6,18 ; Ap 4,8 ; 11,17 ; 15,3-4 ; Lc 1,32
Fils : Jn 1,14 ; 5,17-18 ; 10,30-38 ; 2Co 1,19 ; Col 1,13 ; He 1,1-2
Agneau à la droite : Jn 1,29 ; Mc 16,19 ; Ps 110,1 ; He 1,13 ; Dn 7,14 ; Ap 5,6-14 ; 7,9-10 ; 12,11 ; 14,1-3 ;17,14
Saint : Gn 14,18 ; Ps 7,17 ; 71,22 ; Pr 9,10 ; Is 1,4 ; Os 11,9-11 ; Ap 3,7 ; 16,5 ; Jn 6,69 ; Mc 1,24, Lc 4,34 ; 1Co 8,6 ; Ph 2,11
Vocation d’Israël-Juda

Verbum Domini.
R/ Deo gratias.

Parole du Seigneur.
R/ Nous rendons grâces à Dieu.

Parole du Seigneur.
R/ Nous rendons gloire à Dieu.

Ap 1,3 Bienheureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie et qui gardent les choses qui y sont écrites, car le temps est proche !
Action de grâce : Même sacrifice
Silence : Ap 8,1

Alleluia...
Dóminus vobíscum.
R/Et cum spíritu tuo.

Alleluia...
Le Seigneur est avec vous.
R/Et avec votre esprit.

Ps 104-106 ; 111-113 ; 115-117 ; Mt 26,30 ; Ps 146-150 : Salut ;
Ap 19,1-9 : Noces

Lectio sancti Evangélii secúndum N.,
R/ Glória tibi, Dómine,

Lecture du saint Évangile selon Matthieu (Marc / Luc / Jean).
R/Gloire à Toi Seigneur.

Lecture de l’Évangile selon Saint Matthieu (Marc / Luc / Jean).
R/Gloire à Toi Seigneur.

 

Symbole de Nicée-Constantinople, voir cette fiche

[Prière universelle : 1Tm 2,1-4 ; pour autrui : Jc 5,16 ; Ph 2,4 ; sacerdoce baptismal : 1P 2,9 ; Ap 1,5-6]
Quête : Collecte 1Co 16,1.
Offertoire : Dt 26,5-10 ; 1Ch 29,10 ; Ps 89,53 ; Rm 9,5 ; Jc 5,7 ; Qo 3,13 ; Jn 6,35 ; Ps 68,36 ; Dn 3,39-40 : prière juive
Eau : Pr 9,2 "La Sagesse a mélangé son vin" ; Ap 17,15 "Les eaux que tu as vues,... ce sont les peuples, la foule, les nations de toute race et de toute langue" (Cf. Cyprien de Carthage) ; 2P 1,4
Lavabo : Ex 29,4 ; 30,20 ; Nb 8,7 ; Ps 24,3-4 ; 25,6-12 "Je lave mes mains avec pureté et j’entoure Ton autel, YHWH…" ; Ps 51,2.7

Oráte, fratres : [ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem.
R/ Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiae suae sanctae.]

Priez frères : [afin que mon Sacrifice, qui est aussi le vôtre, soit agréé par Dieu le Père tout-puissant.
R/ Que le Seigneur reçoive de vos mains un sacrifice à la louange et à la gloire de Son Nom, pour notre bien et celui de toute Sa sainte Eglise].

Prions ensemble, au moment d’offrir le sacrifice de toute l’Église.

 

R/ Pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

He 12,28



Ps 50,23

Dóminus vobíscum.
R/ Et cum spíritu tuo.
Sursum corda.
R/ Habémus ad Dóminum.
Grátias agámus Dómino Deo nostro.

Le Seigneur [est] avec vous.
R/ : Et avec votre esprit.
Elevons notre cœur.
R/ : Nous le tournons vers le Seigneur.
Rendons grâces au Seigneur notre Dieu.



Lm 3,41 ; Col 3,1

Col 3,17

R/ Dignum et iustum est.

R/ Cela est digne et juste.

Cela est juste et bon

Cf. Col 1,3s

Vere dignum et iustum est, aequum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens aetérne Deus : …
...Et ideo cum Angelis et omnibus Sanctis gloriam tuam praedicamus, una voce dicentes :

Vraiment il est digne et juste, c’est notre devoir et notre salut, de Te rendre grâce toujours et en tout lieu : Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant…
...C’est pourquoi, avec les anges et tous les saints, nous prêchons ta gloire, d’une seule voix, en disant :

Vraiment il est juste et bon
de Te rendre gloire, de t’offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant…
...C’est pourquoi, avec les anges et tous les saints, nous proclamons ta gloire en chantant/disant d’une seule voix :

Cf. Col 1,3s ; Eucharisite

La préface de la Sainte Trinité dit acclamer et non proclamer comme s’il y avait une innovation

Sanctus

Is 6,3 Séraphins : Qadosh YHWH tsavaot ! ; Ap 4,8
Hoshy’ah na : Ps 118,25 ; Mt 21,9 ; Mc 11,9-10

PE I (canon romain)

 

 

 

Te ígitur, clementíssime Pater, per Iesum Christum, Fílium tuum, Dóminum nostrum, súpplices rogámus ac pétimus, uti accépta hábeas et benedícas + haec dona, haec múnera, haec sancta sacrifícia illibáta ,
in primis, quae tibi offérimus pro Ecclésia tua sancta cathólica : quam pacificáre, custodíre, adunáre et régere dignéris toto orbe terrárum : una cum fámulo tuo Papa nostro N. et Antístite nostro N. et ómnibus orthodóxis atque cathólicae et apostólicae fídei cultóribus.

Donc Père très clément, nous Te supplions humblement et Te demandons, par Jésus Christ, Ton Fils, notre Seigneur, que Tu rendes acceptables et bénisses + ces dons, ces présents, ces sacrifices saints et sans taches.
Nous Te les présentons en premier, pour Ta sainte Église catholique : daigne la pacifier, la garder, la [rassembler dans] l’unité et la gouverner par toute la terre, unis avec Ton serviteur notre Pape N., notre Evêque N., l’ensemble des évêques, des prêtres et tous ceux qui ont la garde de/veillent la foi orthodoxe, catholique et apostolique.

Père infiniment bon,
Toi vers qui montent nos louanges, nous Te supplions par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur, d’accepter et de bénir + ces offrandes saintes. Nous Te les présentons avant tout pour ta sainte Église catholique : accorde-lui la paix et protège-la, daigne la [rassembler dans] l’unité et la gouverner par toute la terre ; nous les présentons en même temps pour ton serviteur le Pape N., pour notre évêque N. et tous ceux qui veillent fidèlement sur la foi catholique reçue des Apôtres.





Ep 5,20

2M 1,26











Jn 17,21 ; Ac 2,42

MEMENTO, Dómine, famulórum famularúmque tuárum N. et N. et ómnium circumstántium, quorum tibi fides cógnita est et nota devótio, pro quibus tibi offérimus : vel qui tibi ófferunt hoc sacrifícium laudis, pro se suísque ómnibus : pro redemptióne animárum suárum, pro spe salútis et incolumitátis suae : tibíque reddunt vota sua aetérno Deo, vivo et vero.

Souviens-Toi, Seigneur, de Tes serviteurs et de Tes servantes N. et N. et de tous ceux ici se tenant autour, dont Tu connais la foi et la dévotion. Pour eux nous T’offrons ou ils T’offrent eux-mêmes ce sacrifice de louange, pour eux et tous les leurs, pour la rédemption de leurs âmes, dans l’espérance du salut et de leur conservation ; et ils Te rendent leurs prières, à Toi, Dieu éternel, vivant et vrai.

Souviens-toi, Seigneur, de tes serviteurs (de N. et N.) et de tous ceux qui sont ici réunis, dont tu connais la foi et l’attachement. Nous t’offrons pour eux, ou ils t’offrent pour eux-mêmes et tous les leurs ce sacrifice de louange, pour leur propre rédemption, pour le salut qu’ils espèrent ; et ils Te rendent cet hommage, à Toi, Dieu éternel, vivant et vrai.













Ps 106,4-5 ; He 13,15

COMMUNICANTES, et memóriam venerántes, in primis gloriósae semper Vírginis Maríae, Genetrícis Dei et Dómini nostri Iesu Christi : + sed et beáti Ioseph, eiúsdem Vírginis Sponsi, et beatórum Apostolórum ac Mártyrum tuórum, Petri et Pauli, Andréae, (Iacóbi, Ioánnis, Thomae, Iacóbi, Philíppi, Bartholomaei, Matthaei, Simónis et Thaddaei : Lini, Cleti, Cleméntis, Xysti, Cornélii, Cypriáni, Lauréntii, Chrysógoni, Ioánnis et Pauli, Cosmae et Damiáni) et ómnium Sanctórum tuórum ; quorum méritis precibúsque concédas, ut in ómnibus protectiónis tuae muniámur auxílio. (Per Christum Dóminum nostrum. Amen.)

Unis dans une même communion, nous voulons vénérer en premier la mémoire de la Glorieuse Marie toujours Vierge, Mère de notre Dieu et Seigneur Jésus Christ + et ensuite/mais aussi du bienheureux Joseph, Epoux de cette même Vierge, de Tes bienheureux Apôtres et Martyrs, Pierre et Paul, André, (Jacques, Jean, Thomas, Jacques, Philippe, Barthélémy, Matthieu, Simon et Jude, Lin, Clet, Clément, Xyste, Corneille, Cyprien, Laurent, Chrysogone, Jean et Paul, Côme et Damien) et de tous Tes Saints. Accorde-nous, par leurs mérites et leurs prières d’être, en tout, munis du secours de Ta protection. (Par le Christ notre Seigneur. Amen.)

Dans la communion de toute l’Église, nous voulons nommer en premier lieu
la bienheureuse Marie toujours Vierge, Mère de notre Dieu et Seigneur, Jésus Christ ; saint Joseph, son époux, les saints Apôtres et Martyrs, Pierre et Paul, André, [Jacques et Jean, Thomas, Jacques et Philippe, Barthélemy et Matthieu, Simon et Jude, Lin, Clet, Clément, Sixte, Corneille et Cyprien, Laurent, Chrysogone, Jean et Paul, Côme et Damien,] et tous les saints. Accorde-nous, par leur prière et leurs mérites, d’être, toujours et partout, fort de ton secours et de ta protection.













Tableau de ces saints en bas de page



1Tm 2,1

Mt 1,2-16 ; Lc 16,9 ; 1Co 12,12 ;20s ; Ap 5,8

HANC ígitur oblatiónem servitútis nostrae, sed et cunctae famíliae tuae,
quaesumus, Dómine,
ut placátus accípias : diésque nostros in tua pace dispónas,
atque ab aetérna damnatióne nos éripi
et in electórum tuórum iúbeas grege numerári. (Per Christum Dóminum nostrum. Amen.)

Cette offrande donc [que nous Te présentons, nous] Tes serviteurs et Ta famille entière : nous [Te] demandons, Seigneur, de l’accepter avec bienveillance, de disposer nos jours dans Ta paix,
de nous arracher à la damnation éternelle
et de nous engager au nombre de Tes élus.
(Par le Christ NS. Amen.)

Voici l’offrande que nous présentons devant Toi,
nous, tes serviteurs, et ta famille entière :
dans ta bienveillance, accepte-la.
Assure Toi-même la paix de notre vie,
arrache-nous à la damnation
et reçois-nous parmi tes élus.

L’Église demande que ce sacrifice assure notre salut intégral, nous donnant en ce monde un gage de la paix de Dieu, et, pour le monde à venir, une espérance

Ac 20,28

QUAM oblatiónem tu, Deus, in ómnibus, quaesumus, benedíctam, adscríptam, ratam, rationábilem, acceptabilémque fácere dignéris : ut nobis Corpus et Sanguis fiat dilectíssimi Fílii tui, Dómini nostri Iesu Christi.

Cette oblation, Dieu, nous T’en prions, daigne la bénir, l’agréer, l’approuver pleinement, la rendre parfaite et digne de Te plaire afin qu’elle devienne pour nous le Corps et le Sang de Ton Fils bien-aimé NS JC.

Sanctifie pleinement cette offrande par la puissance de ta bénédiction, rends-la parfaite et digne de Toi : qu’elle devienne pour nous le corps et le sang de ton Fils bien-aimé, JC NS.

Gn 4,4 (offrande d’Abel)
Toute sanctification est l’œuvre particulière de l’Esprit vivifiant. L’Eglise supplie.

L’Amour du Père te donne son Fils.

QUI, prídie quam paterétur, accépit panem in sanctas ac venerábiles manus suas,
et elevátis óculis in caelum ad Te Deum Patrem suum omnipoténtem,
tibi grátias agens benedíxit, fregit, dedítque discípulis suis, dicens : ACCÍPITE ET MANDUCÁTE EX HOC OMNES : HOC EST ENIM CORPUS MEUM, QUOD PRO VOBIS TRADÉTUR.

La veille de Sa Passion,
Il accepta le pain dans Ses mains saintes et vénérables,
et, les yeux élevés au ciel, vers Toi, Dieu Son Père tout-puissant,
Te rendant grâces, Il bénit, rompit, et [le] donna à Ses disciples en disant : ACCEPTEZ ET MANGEZ EN TOUS : CAR CECI EST MON CORPS, QUI SERA LIVRE POUR VOUS.

La veille de sa passion,
il prit le pain dans ses mains très saintes
et, les yeux levés au ciel,
vers Toi, Dieu, son Père tout-puissant,
en Te rendant grâce il le bénit, le rompit,
et le donna à ses disciples, en disant :
"Prenez, et mangez-en tous : ceci est mon corps livré pour vous."

-"leva les yeux" Mt 14,19 ; Jn 11,41
-"prit" : "accepta", grec lambanô
Vs nos mains dans le péché
-"bénit"
-"rompit" Mt 26,26 ; Lc 24,30 coeur, et porte des enfers
-"donna" Jn 10,18 ; être disciple
-"dit" : Logos
-’Pour’ nous et à notre place Is 53,5

Símili modo, postquam cenátum est, accípiens et hunc praeclárum cálicem in sanctas ac venerábiles manus suas, item tibi grátias agens benedíxit, dedítque discípulis suis, dicens : ACCÍPITE ET BÍBITE EX EO OMNES : HIC EST ENIM CALIX SÁNGUINIS MEI NOVI ET AETÉRNI TESTAMÉNTI, QUI PRO VOBIS ET PRO MULTIS EFFUNDÉTUR
IN REMISSIÓNEM PECCATÓRUM. 
HOC FÁCITE IN MEAM COMMEMORATIÓNE

De même, après la cène, acceptant aussi ce précieux Calice dans Ses mains saintes et vénérables, Te rendant grâces de nouveau, Il le bénit, et le donna à Ses disciples en disant : ACCEPTEZ ET BUVEZ EN TOUS : CECI EST LE CALICE DE MON SANG,
[LE SANG] DU TESTAMENT NOUVEAU ET ETERNEL, QUI SERA VERSE POUR VOUS ET POUR UNE MULTITUDE
EN REMISSION DES PECHES.
FAITES CECI EN MEMOIRE DE MOI.

De même, à la fin du repas,
il prit dans ses mains cette coupe incomparable ; et Te rendant grâce à nouveau il la bénit, et la donna à ses disciples, en disant : "Prenez, et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mon sang,
le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés.
Vous ferez cela, en mémoire de moi."

Coupes du Shabbat et du Seder juif : rédemption, adoption et messie. Elohim, cœur,Passion,bénéd°.
Action de grâce : Lv 7,11 ;17,5
A nouveau : d’en haut !
Sang : Vie de l’âme Lv 17,11
Testament=Alliance
Tous : universalisa°
Pour la multitude : Mc 14,24 uper/peri pollôn ; Is 53,11-12 (mais 1Tm 2,6 ; Is 52,10 : "tous")
Faites : Réel !
Mémorial : rend présent

M. Mystérium fídei.
R/ Mortem tuam annuntiámus, Dómine, et tuam resurrectiónem confitémur, donec vénias.

Mystère de foi.
Nous annonçons Ta mort, Seigneur,
et nous confessons Ta résurrection,
jusqu’à ce que Tu viennes.

Il est grand le Mystère de la Foi ! Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, et nous célébrons ta résurrection, nous attendons ta venue dans la gloire

Mystère=Sacrement
Ep 5 ; 1Tm 3,16
Anaphore de Jc
1Co 11,26

(ou) Quotiescumque manducamus panem hunc et calicem bibimus, mortem tuam annuntiamus, Domine, donec venias.

Chaque fois que nous mangeons ce pain et buvons à ce calice, nous annonçons ta mort, Seigneur, jusqu’à ce que Tu viennes.

Quand nous mangeons ce pain et buvons à cette coupe, nous célébrons le mystère de la Foi. Nous rappelons ta mort, Seigneur ressuscité,
et nous attendons que tu viennes.

1Co 11,26

(ou) Salvator mundi, salva nos, qui per crucem et resurrectionem tuam liberasti nos.

Sauveur du monde, sauve-nous, Toi qui par ta Croix et ta Résurrection nous as libérés.

Gloire à Toi qui étais mort, gloire à Toi qui es vivant, notre Sauveur et notre Dieu : Viens, Seigneur Jésus.

 

1Co 16,22
Ap 22,20

UNDE et mémores, Dómine, nos servi tui, sed et plebs tua sancta, eiúsdem Christi, Fílii tui, Dómini nostri, tam beátae passiónis, necnon et ab ínferis resurrectiónis, sed et in caelos gloriósae ascensiónis : offérimus praeclárae maiestáti tuae de tuis donis ac datis hóstiam puram, hóstiam sanctam, hóstiam immaculátam,
Panem sanctum vitae aetérnae et Cálicem salútis perpétuae.

C’est pourquoi, Seigneur, nous Tes serviteurs et Ton peuple saint avec nous, faisant mémoire de la Passion bienheureuse de Ton Fils, Jésus Christ notre Seigneur, de Sa Résurrection des enfers et de Sa glorieuse Ascension dans les cieux,
nous offrons à Ta Majesté lumineuse/excellente, des dons que Tu nous as donnés, l’Hostie pure, l’Hostie sainte, l’Hostie immaculée,
le Pain sacré de la vie éternelle et le Calice du salut perpétuel.

C’est pourquoi nous aussi, tes serviteurs, et ton peuple saint avec nous, faisant mémoire de la passion bienheureuse de ton Fils, JCNS, de sa résurrection du séjour des morts et de sa glorieuse ascension dans le ciel, nous Te présentons, Dieu de gloire et de majesté, cette offrande prélevée sur les biens que tu nous donnes, le sacrifice pur et saint, le sacrifice parfait, pain de la vie éternelle et coupe du salut.

Mémorial : rend présent












1P 1,18-21

Jn 6,54

SUPRA quae propítio ac seréno vultu respícere dignéris : et accépta habére, sícuti accépta habére dignátus es múnera púeri tui iusti Abel, et sacrifícium Patriárchae nostri Abrahae, et quod tibi óbtulit summus sacérdos tuus Melchísedech, sanctum sacrifícium, immaculátam hóstiam.

Sur ces offrandes daigne jeter un regard favorable et accueillir dans Ta bienveillance ce Sacrifice Saint, cette Hostie immaculée, comme il Te plut d’accueillir les présents de Ton serviteur Abel le Juste, le Sacrifice de notre patriarche Abraham, et celui que T’offrit Ton grand-prêtre Melchisedech.

Et comme il t’a plu d’accueillir les présents d’Abel le Juste, le sacrifice de notre père Abraham, et celui que t’offrit Melchisédeck ton grand prêtre, en signe du sacrifice parfait,
regarde cette offrande avec amour et, dans ta bienveillance, accepte-la.



Gn 4,4
Gn 22,12
Gn 14,18

Ex 12 ; 1P 1,19

SUPPLICES Te rogámus, omnípotens Deus :
iube haec perférri per manus sancti Angeli tui in sublíme altáre tuum, in conspéctu divínae maiestátis tuae ; ut, quotquot ex hac altáris participatióne sacrosánctum Fílii tui Corpus et Sánguinem sumpsérimus, omni benedictióne caelésti et grátia repleámur. (Per Christum Dóminum nostrum. Amen.)

Nous T’en supplions,
Dieu tout-puissant,
fais porter ces Offrandes par Ton Saint Ange sur Ton autel céleste en présence de Ta divine majesté, afin qu’en recevant ici, par cette participation à l’autel, le Corps et le Sang sacrés de Ton Fils, nous puissions être comblés de toute bénédiction céleste et de grâce.
(Par le Christ NS. Amen.)

Nous t’en supplions, Dieu tout-puissant :
qu’elle soit portée par ton ange
en présence de ta gloire,
sur ton autel céleste,
afin qu’en recevant ici,
par notre communion à l’autel,
le corps et le sang de ton Fils,
nous soyons comblés de ta grâce et de tes bénédictions.

Ap 8,3-4
Christ unique médiateur : le sacrifice monte vers Dieu, la grâce du Père redes-cend sur le monde. Prière ancienne et essentielle.



Ep 1,3

MEMENTO étiam, Dómine, famulórum famularúmque tuárum N. et N., qui nos praecessérunt cum signo fídei, et dórmiunt in somno pacis.
Ipsis, Dómine, et ómnibus in Christo quiescéntibus,
locum refrigérii, lucis et pacis, ut indúlgeas, deprecámur.
(Per Christum Dóminum nostrum. Amen.)

Souviens-Toi aussi, Seigneur, de Tes serviteurs et de Tes servantes N. et N. qui nous ont précédés, marqués du signe de la foi, et qui dorment du sommeil de la paix.
Pour ceux-là, Seigneur, et pour tous ceux qui reposent dans le Christ : qu’ils entrent, par Ta bonté, dans le lieu de la fraîcheur, de la lumière et de la paix, nous implorons. (Par le Christ notre Seigneur. Amen.)

Souviens-toi de tes serviteurs (de N. et N.)
qui nous ont précédés,
marqués du signe de la foi,
et qui dorment dans la paix.
Pour eux et pour tous ceux qui reposent dans le Christ,
nous implorons ta bonté :
qu’ils entrent dans la joie, la paix et lalumière.

 

 

 

 

 

rafraîchissement Lazare
Lc 16

NOBIS quoque peccatóribus fámulis tuis, de multitúdine miseratiónum tuárum sperántibus, partem áliquam et societátem donáre dignéris cum tuis sanctis Apóstolis et Martyribus : cum Ioánne, Stéphano, Matthía, Bárnaba, (Ignátio, Alexándro, Marcellíno, Petro, Felicitáte, Perpétua, Agatha, Lúcia, Agnéte, Caecília, Anastásia) et ómnibus Sanctis tuis : intra quorum nos consórtium,
non aestimátor mériti,
sed véniae, quaesumus, largítor admítte.
Per Christum Dóminum nostrum.

Et à nous aussi pécheurs, Tes serviteurs, qui mettons notre espérance en la multitude de Tes miséricordes, daigne nous donner d’avoir part à la communauté de Tes Saints Apôtres et Martyrs, de Jean, Etienne, Matthias, Barnabé, (Ignace, Alexandre, Marcellin, Pierre, Félicité, Perpétue, Agathe, Lucie, Agnès, Cécile, Anastasie) et de tous Tes Saints ; admets-nous en leur compagnie, nous Te le demandons, sans considérer nos mérites mais Ta faveur largement.
Par le Christ notre Seigneur.

Et nous, pécheurs, qui mettons notre espérance en ta miséricorde inépuisable, admets-nous dans la communauté des bienheureux Apôtres et Martyrs, de Jean Baptiste, Étienne, Matthias et Barnabé, [Ignace, Alexandre, Marcellin et Pierre, Félicité et Perpétue, Agathe, Lucie, Agnès, Cécile, Anastasie,] et de tous les saints.
Accueille-nous dans leur compagnie, sans nous juger sur le mérite mais en accordant ton pardon, par JC NS.

Prêtres






Tableau de ces saints en bas de page







Ps 25,7

Per quem haec ómnia, Dómine, semper bona creas, sanctíficas, vivíficas, benedícis, et praestas nobis.

Par Lui, Seigneur, Tu ne cesses de créer tous ces biens et Tu les sanctifies, Tu les vivifies et Tu les bénis pour nous en faire don.

C’est par lui que tu ne cesses de créer tous ces biens, que tu les bénis, leur donnes la vie, les sanctifies et nous en fais le don.

Ps 104,27-28

PER ipsum, et cum ipso, et in ipso, est tibi Deo Patri omnipoténti, in unitáte Spíritus Sancti, omnis honor et glória per ómnia saecula saeculórum. Amen.

Par Lui, avec Lui et en Lui,
A Toi Dieu, le Père tout puissant, dans l’unité du Saint-Esprit, tout honneur et toute gloire, pour tous les siècles des siècles. Amen.

Par Lui, avec Lui et en Lui,
A Toi Dieu, le Père tout puissant, dans l’unité du Saint-Esprit, tout honneur et toute gloire, dans les siècles des siècles. Amen

Rm 11,36 (Médiateur, Frère, Corps/Eglise) :
intimité croissante.
Ep 4,3
Ep 3,20-21 ; Ap 4,11
’olam=temps+espace

Praecéptis salutáribus móniti, et divína institutióne formáti, audémus dícere :

Avertis par de salutaires préceptes,
et instruits par la leçon divine, nous osons dire :

Comme nous l’avons appris du Sauveur, et selon son commandement, nous osons dire :

Communio

Pater noster, qui es in caelis : sanctificétur nomen tuum ; advéniat regnum tuum ;
fiat volúntas tua,
sicut in caelo, et in terra.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie ;
et dimítte nobis débita nostra, sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris ;
et ne nos indúcas in tentatiónem ;
sed líbera nos a malo.

Notre Père, qui es aux cieux,
que Ton nom soit sanctifié ;
que Ton règne advienne ;
que Ta volonté soit faite comme au ciel sur la terre.
Donne-nous aujourd’hui notre pain supersubstantiel,
et remets -nous nos dettes, comme nous les remettons nous-mêmes à nos débiteurs
et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mauvais.

 

Mt 6,9-13
Prière de bénédiction juive ; menorah liturgique

Líbera nos, quaesumus, Dómine, ab ómnibus malis, da propítius pacem in diébus nostris, ut, ope misericórdiae tuae adiúti, et a peccáto simus semper líberi et ab omni perturbatióne secúri : exspectántes beátam spem et advéntum Salvatóris nostri Iesu Christi.

Libère-nous, Seigneur, nous T’en supplions, de tous les maux, donne la paix à nos jours, et, par le secours de de Ta miséricorde, fais que nous soyons toujours libres du péché, et établis loin de toute perturbation  : attendant la bienheureuse espérance de l’avènement de notre Sauveur JC.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur, et donne la paix à notre temps ; par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant les épreuves en cette vie où nous espérons le bonheur que tu promets et l’avènement de Jésus Christ, notre Sauveur.

Embolisme

 

 

Jn 17,15

 

Tt 2,13

Quia tuum est regnum, et potéstas, et glória in saecula.

R/ Car à Toi appartient le règne, la puissance et la gloire, dans les siècles.

 

Dómine Iesu Christe, qui dixísti Apóstolis tuis : Pacem relínquo vobis, pacem meam do vobis :
ne respícias peccáta nostra,
sed fidem Ecclésiae tuae ; eámque secúndum voluntátem tuam pacificáre et coadunáre dignéris.
Qui vivis et regnas in saecula saeculórum.R/Amen

Seigneur Jésus-Christ, qui as dit à Tes Apôtres : Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix :
ne regarde pas nos péchés,
mais la foi de Ton Eglise,
et pour qu’elle soit selon ta volonté,
daigne la pacifier la pacifier et l’unifier,
Toi qui règnes pour les siècles des siècles R/Amen.

Seigneur Jésus Christ, tu as dit à tes Apôtres : Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ne regarde pas nos péchés mais la foi de ton Église ; pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, Toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen

 

Jn 14,27

Pax Dómini sit semper vobíscum.
R/ Et cum spíritu tuo.
Offérte vobis pacem.
[Ministres ordonnés :] Pax tecum R/ Et cum spiritu tuo.

Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous.
R/ Et avec votre esprit.
Offrez-vous la paix
(La tradition de l’osculum pacis avant la communion est probablement d’époque apostolique. Elle se limite aux voisins immédiats et n’est pas l’occasion de salutations ou effusions).

Jn 20,19
Mt 5,24
Rm 16,16 ; 1Co 16,20 ; 2Co 13,12 ; 1Th 5,26 ; 1P 5,14

Agnus Dei, qui tollis peccáta mundi…

Agneau de Dieu, qui enlèves les péchés du monde : aie miséricorde envers nous.

Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde : prends pitié de nous.

(Jn 1,36 grec au singulier : principe même du péché
3 fois : //Kyrie et Sanctus
Paix : reconnaît la source du baiser)

Agneau pascal innocent Ex 12,5s
non brisé Ex 12,22 ; Jn 19,33
doux et victorieux Ap 5,11s
sauveur Ex 12,22 ; Ap 7,14 ; 12,11 ; Jn 6,54 suivi par les vierges Ap 14,4

Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccáta mundi. Beáti qui ad cenam Agni vocáti sunt.
R/ Dómine, non sum dignus,
ut intres sub téctum meum,
sed tantum dic verbo,
et sanábitur ánima mea.

Voici l’Agneau de Dieu, voici Celui qui enlève les péchés du monde. Bienheureux les invités...
R/ Seigneur, je ne suis pas digne que Tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole, et mon âme sera guérie.

Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde. Bienheureux les invités...
R/ Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir,
mais dis seulement une parole, et je serai guéri.

A genoux Cf.IGMR 2002 §43
("le" grec : principe du péché
)
Noces : Ap 19,9
Mt 8,5-10

Corpus Christi.R/ Amen

Le Corps du Christ. R/ Amen

 

Dóminus vobíscum.
R/ Et cum spíritu tuo.
[Sit nomen Domini benedictum.R/ Ex hoc nunc et usque in sæculum.
Adiutorium nostrum in nomine Domini.
R/ Qui fecit cælum et terram.]
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, + et Spíritus Sanctus. Amen

Le Seigneur est/soit avec vous
R/ Et avec votre esprit.
[Bénédiction / évêque :
[Que le nom du Seigneur soit béni.
R/ Maintenant et toujours.
Notre secours est dans le Nom du Seigneur
R/ Qui a fait le ciel et la terre.]
Que Dieu tout-puissant vous bénisse, le Père, le Fils et le Saint Esprit. R/ Amen.

Cf. Salutation




Ps 124,8

Lc 24,51

Ite, missa est.
R/ Deo grátias.

Allez la Messe est dite.
R/ Rendons grâces à Dieu.

 

Jn 20,21 ; Lc 7,50 ; Mc 16,15 ; 1Co 10,31 ; 1P 4,11
2Co 9,15


PE II

Version littérale

"Version" 1974 et rééditions

Notes

Vere dignum est iustum est, aequum et salutare, nos tibi, sancte Pater, semper et ubíque grátias ágere per Fílium dilectiónis tuae Iesum Christum,
Verbum tuum, per quod cuncta fecisti : quem misisti nobis Salvatorem et Redemptorem,
incarnatum de Spiritu Sancto et ex Virgine natum.
Qui voluntatem tuam adimplens et populum tuum acquirens extendit manus cum paterétur, ut mortem sólveret et resurrectiónem manifestáret.
Et ídeo cum Angelis et ómnibus Sanctis glóriam tuam praedicámus, una voce dicéntes :…

Vraiment, il est digne et juste, c’est notre devoir et notre salut de Te rendre grâce, toujours et partout, Père saint,
pour ton Fils bien-aimé Jésus-Christ, ton Verbe par qui Tu as créé toutes choses.
Tu nous l’as envoyé comme Sauveur et Rédempteur, incarné par l’Esprit Saint et né de la Vierge.
C’est lui qui, en accomplissant ta volonté et T’acquérant un peuple saint, a étendu les mains
lors de sa passion, afin que soit brisée la mort et que la résurrection soit manifestée.
C’est pourquoi avec les anges et tous les saints, nous proclamons ta gloire en disant, d’une seule voix :…

Vraiment, Père très saint, il est juste et bon de Te rendre grâce, toujours et en tout lieu, par ton Fils bien-aimé Jésus-Christ. Car il est ta Parole vivante par qui tu as créé toutes choses ; c’est lui que tu nous as envoyé comme Rédempteur et Sauveur, Dieu fait homme, conçu de l’Esprit Saint et né de la Vierge. Pour accomplir jusqu’au bout ta volonté et rassembler du milieu des hommes un peuple saint qui t’appartienne, il étendit les mains à l’heure de sa passion, afin que soit brisée la mort et que la résurrection soit manifestée. C’est pourquoi avec les anges et tous les saints, nous proclamons ta gloire en disant, d’une seule voix :…




Col 1,13

Jn 1,3

Ga 4,4 ;
Mt 1,18 ;
Lc 1,26-35



1P 2,9
Is 65,2 ;
Rm 10,21

2Tm 1,10

Vere Sanctus es, Domine,
fons omnis sanctitatis.
Haec ergo dona, quaesumus, Spiritus tui rore sanctifica,

Tu es vraiment saint, Seigneur, source de toute sainteté.
Aussi, nous [t’en] prions : sanctifie ces dons, par la rosée de ton Esprit ;

Toi qui es vraiment saint, Toi qui es la source de toute sainteté, Seigneur, nous Te prions : Sanctifie ces offrandes en répandant sur elles ton Esprit ;

Cataractes…

Is 45,8
Ct 5,2

Gn 2,7

ut nobis Corpus et + Sanguis fiant Domini nostri Iesu Christi.

qu’ils deviennent pour nous
le corps + et le sang de NS JC

qu’elles deviennent pour nous le corps + et le sang de JC NS

 

Qui cum Passioni voluntarie traderetur,

Tandis qu’il se livrait volontairement à sa Passion

Au moment d’être livré et d’entrer librement dans sa passion,

Jn 10,18 Ma vie, nul ne la prend…
Tradition apostol.
Cf. PE I

accepit panem et gratias agens fegit, dedit discipulis suis, dicens :

il accepta le pain, et rendant grâce il [le] rompit, et [le] donna à ses disciples, en disant :

il prit le pain, il rendit grâce, il le rompit, et le donna à ses disciples, en disant :

Accipite et manducate ex hoc omnes :

"Acceptez, et mangez-en tous :

"Prenez, et mangez-en tous :

 

hoc est enim Corpus meum, quod pro vobis tradetur.

car ceci est mon Corps qui sera livré pour vous.

ceci est mon corps livré pour vous."

 

Simili modo, postquam cenatum est,

De même, après la Cène,

De même, à la fin du repas,

 

accipiens et hunc praeclarum calicem
in sanctas ac venerábiles manus suas, item tibi gratias agens benedixit, deditque discipulis suis, dicens :

il accepta aussi ce calice excellent /illustre dans ses mains saintes et vénérables,
de nouveau il Te rendit grâce, bénit, et le donna à ses disciples, en disant :

il prit la coupe ;
de nouveau il rendit grâce,
et la donna à ses disciples, en disant :

 

Accipite et bibite ex eo omnes : hic est enim calix Sanguinis mei novi et aeterni testamenti,
qui pro vobis et pro multis effundetur
in remissionem peccatorum.

"Acceptez, et buvez-en tous, car ceci est le calice de mon sang, [le sang] du Testament nouveau et éternel, qui sera versé pour vous et pour la multitude
en rémission des péchés.

Prenez, et buvez-en tous,
car ceci est la coupe de mon sang, le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle,
qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés.

 

Hoc facite in meam commemorationem.

Faites cela en mémoire de moi.
Mystère de la Foi !….

Vous ferez cela,
en mémoire de moi.

 

Memores igitur mortis et resurrectionis eius, tibi, Domine, panem vitae et calicem salutis offerimus, gratias agentes quia nos dignos habuisti astare coram Te et tibi ministrare.

Donc, en mémoire de sa Mort et de sa Résurrection, nous t’offrons, Seigneur, le pain de la vie et le calice qui nous sauve, en rendant grâce parce que Tu nous as jugés dignes de nous tenir devant Toi et de Te servir.

Faisant ici mémoire de la mort et de la résurrection de ton Fils, nous t’offrons, Seigneur, le pain de la vie et la coupe du salut, et nous Te rendons grâce, car tu nous as choisis pour servir en ta présence. 426

On offre ce dont on fait mémoire
Cora : Ex 6,12 Moïse devant S ; Dt 10,8 lévites

Et supplices deprecamur ut Corporis et Sanguinis Christi participes a Spiritu Sancto con grege mur in unum.

Et nous Te supplions qu’après avoir participé au corps et au sang du Christ, nous soyons par l’Esprit Saint rassemblés en Un.

Humblement, nous Te demandons qu’en ayant part au corps et au sang du Christ, nous soyons rassemblés par l’Esprit Saint en un seul corps.

 

 

troupeau

Recordare, Domine, Ecclesiae tuae toto orbe diffusae, ut eam in caritate perficias una cum Papa nostro N. et Episcopo nostro N. et universo clero.

Souviens-toi, Seigneur, de ton Eglise répandue dans le monde entier  : rends-la parfaite dans la charité, Une avec notre Pape N., notre évêque N. et tout le clergé.

Souviens-toi, Seigneur,
de ton Église répandue à travers le monde : Fais-la grandir dans ta charité, avec le Pape N., notre évêque N., et tous ceux qui ont la charge de ton peuple.

 

(pour un défunt) : Memento famuli tui (famulae tuae) N., quem (quam) (hodie) ad Te ex hoc mundo vocasti.
Concede, ut, qui (quae) complantatus (ta) fuit similitudini mortis Filii tui,
simul fiat et resurrectionis ipsius.

Souviens-toi de ton serviteur (de ta servante) N., que Tu as appelé(e) (aujourd’hui) de ce monde auprès de Toi. Il (elle) fut greffé (e) sur lui à la ressemblance de la mortde ton Fils : fais qu’il le soit aussi à la ressemblance de sa résurrection.

Souviens-toi de N. que tu as appelé(e) auprès de Toi (aujourd’hui).
Puisqu’il (elle) a été baptisé(e) dans la mort de ton Fils, accorde-lui de participer à sa résurrection.

Rm 6,5

Memento etiam fratrum nostrorum, qui in spe resurrectionis dormierunt, omniumque in tua miseratione defunctorum,
et eos in lumen vultus tui admitte.

Souviens-toi aussi de nos frères, qui se sont endormis dans l’espérance de la résurrection,
et de tous les défunts
dans ta compassion,
et fais-les entrer dans la lumière de ton visage.

Souviens-toi aussi de nos frères qui se sont endormis
dans l’espérance de la résurrection,
et de tous les hommes qui ont quitté cette vie : reçois-les dans ta lumière, auprès de Toi.

 

Omnium nostrum, quaesumus, miserere, ut cum beata Dei Genetrice Virgine Maria, beato Ioseph, eius Sponso, beatis Apostolis et omnibus Sanctis, qui tibi a saeculo placuerunt,
aeternae vitae mereamur esse consortes,
et Te laudemus et glorificemus

Nous t’en prions, aie miséricorde envers nous tous, pour qu’avec la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu, le bienheureux Joseph son époux, les bienheureux Apôtres et tous les Saints qui t’ont été agréables depuis [le siècle/]l’origine, nous gagnions la vie éternelle, Te louions et Te glorifions.

Sur nous tous enfin,
nous implorons ta bonté :
Permets qu’avec la Vierge Marie, la bienheureuse Mère de Dieu, avec St Joseph son époux, les Apôtres et les saints de tous les temps
qui ont vécu dans ton amitié, nous ayons part à la vie éternelle, et que nous chantions ta louange,

 

 

 

 

compagnie

per Filium tuum IC.

par ton Fils JC.

par JC ton Fils bien-aimé.

 


PE III

Version littérale

"Version" 1974 et rééditions

Notes

Vere Sanctus es, Domine, et merito Te laudat omnis a Te condita creatura, quia per Filium tuum, Dominum nostrum Iesum Christum, Spiritus Sancti operante virtute, vivificas et sanctificas universa, et populum tibi congregare non desinis,
ut a solis ortu usque ad occasum oblatio munda offeratur nomini tuo.

Tu es vraiment saint, Seigneur,
et c’est à bon droit que toute ta création Te loue car par Ton Fils, NSJC,
la force opérante du Saint-Esprit, Tu vivifies et sanctifies toutes choses, et ne cesses de rassembler ton peuple, pour que, du lever au coucher du soleil une offrande pure soit présentée à ton Nom.

Tu es vraiment saint, Dieu de l’univers, et toute la création proclame ta louange, car c’est Toi qui donnes la vie, c’est Toi qui sanctifies toutes choses, par ton Fils, JC NS, avec la puissance de l’Esprit Saint ;
et tu ne cesses de rassembler ton peuple, afin qu’il Te présente
partout dans le monde
une offrande pure.

 

 

 

 

Troupeau

Ps 50,1
Ml 1,11

Supplices ergo te, Domine, deprecamur, ut haec munera, quae tibi sacranda detulimus, eodem Spiritu sanctificare digneris,

Nous Te supplions donc, Seigneur, et nous Te prions de daigner sanctifier par ce même Esprit ces offrandes que nous avons apportées pour être consacrées,

C’est pourquoi nous Te supplions de consacrer Toi-même les offrandes que nous apportons : Sanctifie-les par ton Esprit

 

ut Corpus et + Sanguis fiant Filii tui Domini nostri Iesu Christi, cuius mandato haec mysteria celebramus.

et qu’elles deviennent le Corps et le Sang de ton Fils, NS JC,
qui nous a commandé
de célébrer ces mystères.

pour qu’elles deviennent le corps et le sang de ton Fils, Jésus Christ, notre Seigneur, qui nous a dit de célébrer ce mystère.

 

Qui, pridie quam pateretur,
… // PE II

La veille de sa passion, …

La nuit même où il fut livré, …

 

Memores igitur, Domine, eiusdem Filii tui salutiferae passionis necnon mirabilis resurrectionis et ascensionis in caelum, sed et praestolantes alterum eius adventum, offerimus tibi, gratias referentes, hoc sacrificium vivum et sanctum.

Donc, en mémoire, Seigneur, de la Passion de ton Fils, [Passion] qui porte le salut, de son admirable Résurrection et de son Ascension dans le ciel, mais aussi en attendant son autre Avènement, nous T’offrons, en Te rendant grâce,
ce sacrifice vivant et saint.

En faisant mémoire de ton Fils,
de sa passion qui nous sauve,
de sa glorieuse résurrection
et de son ascension dans le ciel, alors que nous attendons son dernier avènement, nous présentons cette offrande vivante et sainte pour Te rendre grâce.

 

Respice, quaesumus, in oblationem Ecclesiae tuae et, agnoscens Hostiam, cuius voluisti immolatione placari, concede,
ut qui Corpore et Sanguine Filii tui reficimur, Spiritu eius Sancto repleti,
unum corpus et unus spiritus inveniamur in Christo.

Jette les yeux, nous Te prions, sur l’offrande de ton Église, et, reconnaissant la Victime dont Tu as voulu que l’immolation T’apaise, accorde-nous qu’après avoir été restaurés du Corps et du Sang de ton Fils, nous soyons remplis de son Esprit Saint et devenions un seul corps et un seul esprit dans le Christ.

Regarde, Seigneur, le sacrifice de ton Église,
et daigne y reconnaître celui de ton Fils qui nous a rétablis dans ton Alliance ;
quand nous serons nourris de son corps et de son sang
et remplis de l’Esprit Saint,
accorde-nous d’être un seul corps et un seul esprit dans le Christ.

 

Ipse nos tibi perficiat munus aeternum, ut cum electis tuis hereditem consequi valeamus,
in primis cum beatissima Virgine, Dei Genetrice, Maria, cum beato Ioseph, eius Sponso, cum beatis Apostolis tuis et gloriosis Martyribus (cum Sancto N.) et omnibus Sanctis, quorum intercessione perpetuo apud Te confidumus adiuvari.

Que celui-ci [le Christ] fasse de nous pour Toi une offrande éternelle, pour que nous soyons capables avec tes élus d’obtenir l’héritage, d’abord avec la très bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu, avec le bienheureux Joseph son époux, avec tes bienheureux Apôtres et les glorieux martyrs, (avec saint N.) et tous les saints dont l’intercession auprès de Toi -nous en avons confiance- nous aide sans cesse.

Que l’Esprit Saint fasse de nous une éternelle offrande à ta gloire, pour que nous obtenions un jour les biens du monde à venir,
auprès de la Vierge Marie, la bienheureuse Mère de Dieu,
avec Saint Joseph son époux,
les Apôtres, les martyrs, (saint N.) et tous les saints qui ne cessent d’intercéder pour nous.

 

Haec Hostia nostrae reconciliationis proficiant, quaesumus, Domine, ad totius mundi pacem atque salutem.
Ecclesiam tuam, pergrinantem in terra, in fide et caritate firmare digneris
cum famulo tuo Papa nostro N. et Episcopo nostro N., cum episcopali ordine et universo clero et omni populo acquisitionis tuae.

Que cette Victime qui opère notre réconciliation, nous T’en prions, Seigneur, apporte la paix et le salut au monde entier.
Ton Eglise, en pèlerinage sur la terre,
daigne l’affermir dans la foi et dans la charité, avec ton serviteur, notre Pape N., et notre Evêque N., avec l’ordre des évêques et tout le clergé et tout le peuple que Tu T’es acquis.

Et maintenant, nous Te supplions, Seigneur, par le sacrifice qui nous réconcilie avec Toi, étends au monde entier le salut et la paix.
Affermis la foi et la charité de ton Eglise
au long de son chemin sur la terre : veille sur ton serviteur le Pape N. et notre évêque N.,
l’ensemble des évêques, les prêtres, les diacres, et tout le peuple des rachetés.

 

Votis huius familiae, quam tibi astare voluisti, adesto propitius.
Omnes filios tuos ubique dispersos tibi, clemens Pater, miseratus coniunge.

Dans ta bonté, exauce les prières de ta famille que Tu as voulue présente devant Toi.
Dans ta miséricorde, Père clément, unis-toi tous tes fils dispersés un peu partout.

Écoute les prières de ta famille assemblée devant Toi,
et ramène à Toi, Père très aimant,
tous tes enfants dispersés.

 

Memento famuli tui (famulae tuae) N., quem (quam) (hodie) ad Te ex hoc mundo vocasti.

Souviens-toi de ton serviteur (ta servante) N. que Tu as appelé(e) (aujourd’hui) de ce monde à Toi.

Souviens-toi de N. (celui ou celle) que tu as appelé(e)
auprès de Toi (aujourd’hui).

 

Concede, ut, qui (quae) complantatus (-ta) fuit similitudini mortis Filii tui,
simul fiat et resurrectionis ipsius,
quando mortuos suscitabit in carne de terra
et corpus humilitatis nostrae configurabit corpori claritatis suae.

Il (elle) a été greffé (e) [par le Baptême] à la ressemblance de la mort de ton Fils, accorde-lui [de l’être] aussi à [la ressemblance de] sa Résurrection, lorsqu’Il ressuscitera de la terre les morts en la chair et conformera le corps de notre abaissement au corps de son éclat.

Puisqu’il (elle) a été baptisé(e) dans la mort de ton Fils, accorde-lui de participer à sa résurrection le jour où le Christ, ressuscitant les morts, rendra nos pauvres corps pareils à son corps glorieux.

 

 

 

 

Ph 3,21
Sg 7,25

Fratres nostros defunctos
et omnes qui, tibi placentes, ex hoc saeculo transierunt,

in regnum tuum benignus admitte, ubi fore speramus,
ut simul gloria tua perenniter satiemur,

Souviens-toi de nos frères défunts et de tous ceux qui, T’ayant été agréables, ont quitté ce monde/siècle,
Dans ta bonté, accueille-les dans ton Royaume où nous espérons être sans cesse avec eux, rassasiés de ta même gloire…

Pour nos frères défunts,
pour les hommes qui ont quitté ce monde
et dont tu connais la droiture, nous Te prions  : Reçois-les dans ton Royaume, où nous espérons être comblés de ta gloire,
tous ensemble et pour l’éternité,

 

Per Christum Dominum nostrum, per quem mundo bona cuncta largiris.

par le Christ, notre Seigneur, par qui Tu accordes au monde tous les biens.

par le Christ, notre Seigneur,
par qui tu donnes au monde
toute grâce et tout bien.

Ps 16,15 Vg


PE IV

Version littérale

"Version" 1974 et rééditions

Notes

Préface  :
Vere dignum est tibi gratias agere, vere iustum est Te glorificáre, Pater sancte, quia unus es Deus vivus et verus, qui es ante saecula et pérmanes in aetérnum, inaccessíbilem lucem inhábitans ;
sed et qui unus et bonus atque fons vitae cuncta fecisti, ut creaturas tuas benedictionibus adimpleres multasque laetificares tui luminis claritate.
Et ideo coram Te innumerae astant turbae angelorum, qui die ac nocte sérviunt tibi et vultus tui gloriam contemplantes, Te incessánter gloríficant.

Cum quibus et nos, et, per nostram vocem, omnis quae sub caelo est creatura nomen tuum in exsultatione confitemur, canéntes…

Il est vraiment digne de Te rendre grâce, il est vraiment juste de Te glorifier, Père saint, car Tu es le Dieu Un, vivant et vrai, qui es avant les siècles et demeures dans l’éternité, habitant la lumière inaccessible ;
Mais Toi, qui es Un et bon , et source de vie, Tu as fait toutes choses pour remplir tes créatures de tes bénédictions et pour réjouir un grand nombre de celles-ci de la gloire de ta lumière.
C’est pourquoi devant Toi se tiennent les foules innombrables d’anges, qui jour et nuit Te servent, et contemplant la gloire de ton visage, sans cesse Te glorifient.
Avec eux nous aussi, et, par notre voix, toute créature qui est sous le ciel, nous confessons ton Nom en exultation, en chantant…

Vraiment, il est bon de Te rendre grâce, il est juste et bon juste de Te glorifier, Père très saint, car tu es le seul Dieu, le Dieu vivant et vrai, tu étais avant tous les siècles, tu demeures éternellement lumière au-delà de toute lumière ;
toi , le Dieu de bonté, la source de la vie, tu as fait le monde pour que toute créature soit comblée de tes bénédictions et que beaucoup se réjouissent de ta lumière.
Ainsi, les anges innombrables qui Te servent jour et nuit, se tiennent devant Toi, et contemplant la splendeur de ta face, n’interrompent jamais leur louange. Unis à leur hymne d’allégresse, avec la création tout entière qui t’acclame par nos voix, Dieu,
nous Te chantons

 

 

Jn 17,11

 

 

Mt 19,17 et al.

Confitemur tibi, Pater sancte, quia magnus es et omnia opera tua in sapientia et caritate fecisti.
Hominem ad tuam imaginem condidisti, eique commisisti mundi curam universi,
ut, tibi soli Creatori serviens, creaturis omnibus imperaret.
Et cum amicitiam tuam, non oboediens, amisisset, non eum dereliquisti in mortis imperio.
Omnibus enim misericorditer subvenisti, ut Te quaerentes invenirent.

Sed et foedera pluries hominibus obtulisti eosque per prophetas erudisti in exspectatione salutis.

Et sic, Pater sancte, mundum dilexisti, ut, completa plenitudine temporum, Unigenitum tuum nobis mitteres Salvatorem.

Nous Te confessons, Père saint, car Tu es grand et Tu as fait toutes tes œuvres dans la sagesse et la charité,
Tu as fait l’homme à ton image, et Tu lui as confié le soin de tout l’univers et Te servant, Toi, le seul Créateur, il commande à toutes les créatures.
Et comme il avait perdu ton amitié par sa désobéissance ,
Tu ne l’as pas abandonné au pouvoir de la mort.
En effet, dans ta miséricorde, Tu es venu en aide à tous
pour qu’en Te cherchant ils Te trouvent.
Mais Tu as offert plusieurs fois aux hommes des alliances, et Tu les as formés, par les prophètes,
dans l’attente du salut.
Tu as tellement aimé le monde, Père saint, que lorsque fut accomplie la plénitude des temps, Tu nous as envoyé ton Unique engendré, pour qu’Il soit notre Sauveur.

Père très saint, nous proclamons que tu es grand et que tu as créé toutes choses avec sagesse et par amour.
Tu as fait l’homme à ton image,
et tu lui as confié l’univers, afin qu’en Te servant, Toi son Créateur, il règne sur la création.
Comme il avait perdu ton amitié
en se détournant de Toi,
tu ne l’as pas abandonné au pouvoir de la mort.
Dans ta miséricorde, tu es venu en aide à tous les hommes
pour qu’ils Te cherchent et puissent Te trouver.
Tu as multiplié les alliances avec eux, et tu les as formés, par les prophètes, dans l’espérance du salut.
Tu as tellement aimé le monde,
Père très saint,
que tu nous as envoyé ton propre Fils, lorsque les temps furent accomplis
pour qu’il soit notre Sauveur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Os 2,18 ; et Ps 35-36,8 LXX/Vg Tu as multiplié ta miséricorde.

Qui, incarnatus de Spiritu Sancto et natus ex Maria Virgine, in nostra condicionis forma est conversatus per omnia absque peccato :
salutem evangelizavit pauperibus, redemptionem captivis, maestis corde laetitiam.
Ut tuam vero dispensationem impleret, in mortem tradidit semetipsum ac, resurgens a mortuis, mortem destruxit vitamque renovavit.
Et, ut non amplius nobismetipsis viveremus, sed sibi qui pro nobis mortuus est atque surrexit, a te, Pater, misit Spiritum Sanctum primitias credentibus, qui, opus suum in mundo perficiens, omnem sanctificationem compleret.

Incarné par l’Esprit Saint et né de la Vierge Marie,
il a vécu dans notre condition en toute chose, excepté le péché,
annonçant aux pauvres
la bonne nouvelle du salut ;
aux captifs la rédemption ;
aux cœurs tristes la joie.
Pour accomplir le dessein de ton amour, il s’est livré lui-même à la mort, et, ressuscitant des morts, il a détruit la mort et renouvelé la vie.
Et pour que désormais nous ne vivions plus pour nous-mêmes mais pour Lui-même, mort et ressuscité pour nous, il envoya d’auprès de Toi, Père, l’Esprit Saint, comme prémices aux croyants, [l’Esprit] qui, amenant à la perfection son œuvre dans le monde, devait compléter toute sanctification.

Conçu de l’Esprit Saint,
né de la Vierge Marie,
il a vécu notre condition d’homme en toute chose, excepté le péché,
annonçant aux pauvres
la bonne nouvelle du salut ;
aux captifs, la délivrance ;
aux affligés, la joie.
Pour accomplir le dessein de ton amour, il s’est livré lui-même à la mort, et, par sa résurrection, il a détruit la mort et renouvelé la vie.
Afin que notre vie ne soit plus à nous-mêmes, mais à lui qui est mort et ressuscité pour nous, il a envoyé d’auprès de Toi, comme premier don fait aux croyants, Esprit qui poursuit son œuvre dans le monde et achève toute sanctification.

 

Quaesumus igitur, Domine, ut idem Spiritus Sanctus haec munera sanctificare dignetur,

C’est pourquoi, Seigneur, nous Te le demandons : que ce même Esprit Saint… daigne sanctifier ces offrandes :

Que ce même Esprit Saint,
nous t’en prions, Seigneur,
sanctifie ces offrandes :

 

ut Corpus et + Sanguis fiant Domini nostri Iesu Christi

qu’elles deviennent ainsi le corps + et le sang de NSJC

qu’elles deviennent ainsi le corps + et le sang de ton Fils

 

ad hoc magnum mysterium celebrandum,
quod ipse nobis reliquit
in foedus aeternum.

pour célébrer ce grand mystère que lui-même nous a laissé pour l’Alliance éternelle.

dans la célébration de ce grand mystère, que lui-même nous a laissé en signe de l’Alliance éternelle.

 

Ipse enim, cum hora venisset ut glorificaretur a te, Pater sancte,
ac dilexisset suos qui erant in mundo,
in finem dilexit eos :
et cenantibus illis

Car c’est lui-même qui, quand l’heure fut venue où il devait être glorifié par Toi, Père saint, comme il avait aimé les siens qui étaient dans le monde,
il les aima jusqu’à la fin :
pendant la Cène avec eux,

Quand l’heure fut venue où tu allais le glorifier,
comme il avait aimé les siens qui étaient dans le monde
il les aima jusqu’au bout :
pendant le repas qu’il partageait avec eux,

 

Amour
Jn 13,1
eis telos
Kénotique

// PE II jusque :

 

 

 

Simili modo,

De même

 

accipiens calicem, ex genimine vitis repletum, gratias egit, deditque discipulis suis, dicens :

il prit le calice rempli du fruit de la vigne, il rendit grâce et le donna à ses disciples en disant :

il prit la coupe remplie de vin,
il rendit grâce et la donna à ses disciples en disant :

remplie pr se verser

Unde et nos, Domine, redemtionis nostrae memoriale nunc celebrantes, mortem Christi eiusque descensum ad inferos recolimus,
eius resurrectionem
et ascensionem ad tuam dexteram profitemur,
et, exspectantes ipsius adventum in gloria,
offerimus tibi eius Corpus et Sanguinem, sacrificium tibi acceptabile et toti mundo salutare.

C’est pourquoi, nous aussi, Seigneur, célébrant maintenant le mémorial de notre Rédemption, en rappelant la mort du Christ et sa descente aux enfers, en professant sa résurrection
et son ascension à ta droite dans le ciel, et attendant aussi son Avent dans la gloire,
nous T’offrons son Corps et son Sang, sacrifice qui T’agrée et qui apporte au monde le salut.

Voilà pourquoi, Seigneur,
nous célébrons aujourd’hui le mémorial de notre rédemption :
en rappelant la mort de Jésus Christ et sa descente au séjour des morts, en proclamant sa résurrection
et son ascension à ta droite dans le ciel, et attendant aussi qu’il vienne dans la gloire, nous t’offrons son corps et son sang, le sacrifice qui est digne de Toi et qui sauve le monde
441

 

 

 

 

 

 

 

= sa vie

Respice, Domine, in Hostiam, quam Ecclesiae tuae ipse parasti, et concede benignus omnibus qui ex hoc uno pane participabunt et calice, ut, in unum corpus a Sancto Spiritu con greg ati, in Christo hostia viva perficiantur, ad laudem gloriae tuae.

Regarde, Seigneur, l’Hostie que Tu as préparée Toi-même pour ton Église, et [dans ta] bonté accorde à tous ceux qui participeront à ce pain unique et à ce calice d’être assemblés (troupeau) par l’Esprit Saint en un seul Corps, qu’ils soient eux-mêmes dans le Christ, une hostie vivante à la louange de ta gloire

Regarde, Seigneur, cette offrande que tu as donnée Toi-même à ton Église ; accorde à tous ceux qui vont partager ce pain et boire à cette coupe d’être rassemblés par l’Esprit Saint en un seul corps, pour qu’ils soient eux-mêmes dans le Christ, une vivante offrande à la louange de ta gloire.

 

 

 

 

1Co 10,17

Rm 12,1

Nunc ergo, Domine, omnium recordare, pro quibus tibi hanc oblationem offerimus : in primis famuli tui, Papae nostri N., Episcopi nostri N.,
et Episcoporum ordinis universi,
sed et totius cleri, et offerentium, et circumstantium,
et cuncti populi tui,
et omnium, qui Te quaerunt corde sincero.

Maintenant donc, Seigneur, souviens-toi de tous ceux pour qui nous Te présentons cette offrande sacrificielle :
en premier ton serviteur, notre Pape N., notre Evêque N., et de tout l’ordre des Evêques, mais aussi tout le clergé,
et ceux qui offrent et se tiennent autour, et tout ton peuple et tous ceux qui Te cherchent d’un cœur sincère.

Et maintenant, Seigneur, rappelle-toi
tous ceux pour qui nous offrons le sacrifice : le Pape N.,
notre évêque N. et tous les évêques, les prêtres et ceux qui les assistent, les fidèles qui présentent cette offrande, les membres de notre assemblée, le peuple qui t’appartient et tous les hommes qui Te cherchent avec droiture.

 

Memento etiam illorum, qui obierunt in pace Christi tui, et omnium defenctorum, quorum fidem to solus cognovisti.
Nobis omnibus, filiis tuis, clemens Pater, concede, ut caelestem hereditatem consequi valeamus cum beata Virgine, Dei Genetrice, Maria, cum beato Ioseph, eius Sponso, cum Apostolis et Sanctis tuis in regno tuo,
ubi cum universa creatura,
a corruptione peccati mortis liberata,
te glorificemus
per Christum Dominum nostrum,

Souviens-toi aussi de ceux qui sont partis dans la paix de ton Christ, et de tous les défunts dont Toi seul connais la foi.
A nous qui sommes tes enfants, accorde, Père clément, d’obtenir l’héritage du ciel, avec la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu, avec le bienheureux Joseph son époux, avec les Apôtres et tous tes saints, dans ton Royaume, où nous pourrons, avec la création tout entière, libérée de la corruption du péché et de la mort, nous Te glorifions par le Christ notre Seigneur,

Souviens-toi aussi
de nos frères qui sont morts dans la paix du Christ,
et de tous les morts dont Toi seul connais la foi.
A nous qui sommes tes enfants,
accorde, Père très bon,
l’héritage de la vie éternelle
auprès de la Vierge Marie, la bienheureuse Mère de Dieu, auprès de Saint Joseph son époux, des Apôtres et de tous les saints, dans ton Royaume, où nous pourrons, avec la création tout entière, enfin libérée du péché et de la mort, te glorifier par le Christ, notre Seigneur,

 

per quem mundo bona cuncta largiris.

par qui Tu accordes au monde tous les biens.

par qui tu donnes au monde
toute grâce et tout bien.

 



Instruction Liturgiam Authenticam 2001, 19. Les paroles de la Sainte Ecriture, ainsi d’ailleurs que les autres paroles, qui sont employées dans les célébrations liturgiques, spécialement dans la célébration des sacrements, ne doivent pas être considérées en premier lieu comme si elles étaient en quelque sorte le reflet des dispositions intérieures des fidèles, mais elles expriment des vérités, qui dépassent les limites imposées par le temps et le lieu. De fait, c’est par ces paroles que Dieu s’entretient avec l’Epouse de son Fils bien-aimé, que l’Esprit Saint introduit les fidèles dans la connaissance de la vérité tout entière, et fait que la parole du Christ réside en eux avec toute sa richesse, et aussi que l’Eglise transmet sans cesse tout ce qu’elle est, et tout ce en quoi elle croit, en adressant les prières de tous les fidèles à Dieu le Père par le Christ et dans l’Esprit Saint. 20. Les textes liturgiques du Rite romain latin, tout en puisant dans l’expérience qu’a eue l’Eglise de la transmission de la foi, qu’elle a reçue des Pères, sont aussi le fruit du récent renouveau liturgique. Afin qu’un tel patrimoine et tant de richesses soient conservés et transmis au long des siècles, on doit prêter attention en premier lieu au principe suivant lequel la traduction des textes de la Liturgie romaine ne sont pas une oeuvre de créativité, mais qu’il s’agit plutôt de rendre de façon fidèle et exacte le texte original dans une langue vernaculaire. Même s’il est permis de recourir à des mots, de même qu’à la syntaxe et au style, qui peuvent produire un texte facile à comprendre dans la langue du peuple, et qui soit conforme à l’expression naturelle d’une telle langue, il est nécessaire que le texte original ou primitif soit, autant que possible, traduit intégralement et très précisément, c’est-à-dire sans omission ni ajout, par rapport au contenu, ni en introduisant des paraphrases ou des gloses ; il importe que toute adaptation au caractère propre et au génie des diverses langues vernaculaires soit réalisée sobrement et avec prudence.

Sources : Missel Romain révisé 2002, et Michel Dangoisse, Les mots de la messe, Ad Solem 2010.

Saints du Canon romain (PE I) :

Lin  

Pape martyr, successeur de Pierre vers 67-76 (de Néron à Vespasien ; destruction du Temple et déportation ; martyr de Lc et Mc), originaire de Volterra (Etrurie/Toscane) ou parmi les 70 disciples, converti dès les années 40, cité en 2Tm 4,21, aurait aussi évangélisé la Séquanie/Franche-Comté (23 sept)

Clet

(Anaclet= "appelé") Pape martyr, successeur de Lin, vers 76-90, romain ou grec, fonde les paroisses. Domitien (84-95) martyrise puis exile à Patmos Jean l’évangéliste (26 avril)

Clément

Evêque ordonné par Pierre, puis pape successeur de Clet et martyr, vers 90-97. Cité en Ph 4,3. Ecrit une lettre miséricordieuse aux Corinthiens (23 nov)

Sixte Ier 

(Xystus = tonsure ; ou 6ème en distinguant Clet et Anaclet) Pape martyr, vers 115-125. Institue le carême et demande que seuls les ministres ordonnés touchent le calice (3 avril)

Corneille

Pape (21è) martyr vers 251-263 (14 sept)

Cyprien

Evêque de Carthage, ami de Corneille et martyr +258 (14 sept)

Laurent

Diacre auprès du pape Sixte II, martyr grillé ou décapité en 258 (10 août)

Chrysogone

Laïc catéchiste, soutient Anastasie de Rome. Captif, décapité pour refus sacrifier aux dieux (not. Jupiter), corps jeté à la mer à Aquilée (Vénétie) sous Dioclétien en 304 (24 nov)

Jean et Paul

Intendant de Constance (fille de Constantin) et son frère, maître d’hôtel, décapités de nuit dans leur maison de la colline romaine de Caelius (SE) sous Julien l’Apostat vers 363. Leur bourreau se convertit après l’exorcisme sur son fils (26 juin)

Côme et Damien

Frères médecins des pauvres, torturés et martyrs à Cyr en Syrie -Kurus, 70 km au NE d’Alep- (26 sept)

Ignace

Peut-être l’enfant de Mt 18,2 ; évêque d’Antioche, docteur de l’Eglise, le "théophore", maître de Polycarpe, et martyr en 115. (17 oct) 

Alexandre

Martyr décapité avec deux compagnons Eventius et Théodule ensevelis sur la via Nomentana à 10 km au NE de Rome, puis confondu avec le pape Alexandre Ier (107-116, formalise l’usage de l’eau bénite avec sel ; 3 mai)

Marcellin et Pierre

resp. prêtre jeté dans un cachot recouvert de tessons de verre, et exorciste délivrant Pauline fille du directeur de la prison puis ligoté serré ; martyrs creusant à main nue leurs tombes puis décapités sous Dioclétien en 304 (2 juin)

Félicité et Perpétue

resp. esclave enceinte et patricienne jeune mère, livrées aux cornes de vaches puis égorgées à Carthage sous Septime-Sévère en 203 (7 mars) "Leur visage était rayonnant et d’une grande beauté, il était marqué non de peur mais de joie."

Agathe 

(=bonté) Martyre à Catane en 251 : écorchée, on lui passe des torches sur les plaies, coupe les seins ; St Pierre et son ange gardien la guérissent ; torturée, meurt alors dans un séisme. La lave de l’Etna épargne la ville en s’arrêtant devant son tombeau (5 fév)

Lucie

Vierge martyre à Syracuse sous Dioclétien en 304 : son fiancé se dit attaché à elle par ses yeux, alors se les arrache, Marie les lui rend encore plus beaux. Son fiancé la dénonce, elle est livrée à un lieu de prostitution, comme elle résiste à tout, on tente de l’écarteler puis de la brûler avec huiles et résines bouillantes puis bûcher mais elle loue Dieu ; on lui plante une épée à travers la gorge et elle meurt après une communion (13 déc)

Agnès 

(=pure) Vierge martyre à 13 ans, emmenée nue dans la rue et enfermée dans une maison de débauche, ses cheveux la couvrent ; un feu la protège ; égorgée à Rome en 304 (21 jan)

Cécile 

Mariée de force au païen Valérien qu’elle convertit, partiellement décapitée, martyre après 3 jours d’agonie vers 230 (22 nov)

Anastasie

Romaine d’origine, aidée par St Chrysogone, brûlée ou décapitée en déportation en Illyrie (Serbie) ; pharmacolytria (délivre des poisons) ; sous Dioclétien en 304 (25 déc)



   
  FORMATION - RESSOURCES SPI
    Abandon à Dieu -Confiance
    Amour de Dieu pour toi
    Amoureux?
    Anges Gardiens
    Anthropologie chrétienne
    Apologétique biblique
    Apparitions: que sont-ce?
    Argent et Dieu
    Art et Foi
    Avent
    Baptême: en vivre.
    Bonheur et Joie
    Carême
    Charité: priorité
    Chasteté, et quoi encore?
    Chasteté vs pornographie
    Christ prophétisé 300*
    Coeur de Jésus
    Combat spirituel
    Combat: prière
    Conciles vs hérésies
    Connaissance de Dieu
    Conscience: écoute-la!
    Corps
    Dîme
    Discerne ton appel
    Dogme = arnaque?
    Douceur vs colère
    Eglise: aime-la!
    Esprit - prières
    Esprit Saint: ton Dieu
    Esprit Saint: charismes
    Evangélise-Action
    Evangiles intro
    Foi
    Foi: checklist
    Foi et Raison
    Foi vs 28 objections
    Humilité
    Incarnation - adorer Jésus
    Jeûne: accueille Dieu
    Jokes
    Liturgie - prière
    Marie
    Marie: Consacre-toi!
    Marie Immaculée ou pas?
    Marie - Le chapelet
    Marie Médiatrice ?
    Marie Mère de Dieu
    Marie - prières
    Marie - titres
    Marie Vierge
    Miracles
    Miséricorde
    Miséricorde: checklist
    Paix du cœur
    Paraboles et discours
    Paul
    Paul - Chrono
    Péché, ou bonheur?
    Pères de l'Eglise
    Prière: positions
    Pureté
    Purgatoire
    Relation humaine
    Repentir joyeux
    Repentir - prières
    Responsable-chrétien
    Résurrection du Christ
    Sainteté pour tous
    Scientifiques chrétiens
    Sectes
    Signe de Croix: sens
    Silence pour aimer
    Statues et images?
    Théocentrisme
    Trinité
    Vérité
    Vie
    Vocation consacrée
    Yoga: prudence...
 

 

 

  ESPAÑOL
    Abandono a Dios
    Alegría cristiana
    Armas del Cristiano
    Combate espiritual
    Espíritu Santo
    Eucaristía
    Palabra de Dios
    Paz del corazon
    Resurección de Cristo
    Señal de la cruz

 

 

 

© Copyrights Jesus1.fr 2007 - Tous droits réservés