Création – Ecologie chrétienne


« Nature » peut signifier en latin:
– « ce qui est « : elle a un commencement et une cause! Comme la « Création ».
– « l’action de naître« : il s’agit d’un processus inachevé. Le premier mot de la bible, en hébreu be-reshit signifie ainsi « dans un commencement ».
L’écologie (= « discours sur la maison ») chrétienne est plutôt théologie de la Création.
Le changement climatique semble réel, même si ‘il n’a pas été démontré que sa première cause soit anthropique.
Bien avant les catastrophes modernes et contre les gnoses dualistes, le judéo-christianisme a recommandé et pratiqué le respect impératif de la Création.

1. Fondement biblique
Le récit de Genèse chapitre 1 est historique même si ce n’est pas au sens historiographique moderne. La Bible est un livre 100% sémitique, et quand on nous parle de « jours », il ne s’agit pas de durées de 24 heures mais de périodes de temps.
Dieu aurait pu tout créer en un instant, mais les six jours qu’il a prix montent le soin qu’il porte à Sa création.
Aucune mythologie ni même aucune science avant l’époque moderne n’avait décrit sans anthropomorphisme, sans géocentrisme (position requise par la philosophie aristotélicienne et non la théologie judéo-chrétienne), et comme la Bible:
– l’ordre dans lequel les éléments du cosmos sont apparus:
1 la lumière vient au début (protons),
2 les eaux
3 les terres émergées et végétaux (mousses/lichens)
4 les astres (trous noirs, satellites des planètes par collisions, découvrement des nuées Jb 38,9 « je mis une nuée comme son vêtement, et de l’obscurité ses langes »: Gn 1,16 « Dieu fit (asah) » peut signifier ordonner, arranger: les astres furent créés au jour 1 peu après la lumière, mais on peut comprendre qu’au jour 4, l’atmosphère de nuée qui recouvrait le globe terrestre fut dissipé)
5 les animaux
6 les hommes.
– la fin prévue de ce monde:
Ps 102,25 « Tu as jadis fondé la terre, et les cieux sont l’ouvrage de tes mains; 26 Eux, ils périront, mais toi, tu subsisteras; et ils vieilliront tous comme un vêtement; tu les changeras comme un habit, et ils seront changés. »
Mt 24,35 « Le ciel et la terre passeront… » 1Co 7,31 « Elle passe, la figure de ce monde. »
Pape François Laudato Si 2015, 66: « Ces récits suggèrent que l’existence humaine repose sur trois relations fondamentales intimement liées: la relation avec Dieu, avec le prochain, et avec la terre. »

Jn 1,3 Tout a existé par Lui (le Verbe).
Jr 23,24 Je remplis le ciel et la terre.
Ps 24,1 Au Seigneur la terre et ce qui la remplit (cf. Sg 1,7).
Ps 19,2 Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l’oeuvre de ses mains, le firmament l’annonce; 3 le jour au jour en publie le récit et la nuit à la nuit transmet la connaissance. 4 Non point récit, non point langage, nulle voix qu’on puisse entendre, 5 mais pour toute la terre en ressortent les lignes et les mots jusqu’aux limites du monde.
« ciel nouveau » et de la « terre nouvelle » (cf. 2P 3,13; Ap 21,1),
Mc 16,15 Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création.

Sg 11,20 Tu as tout disposé avec mesure, nombre et poids.
1Co 14,33 Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix.

Ps 36,7 L’homme et le bétail tu les sauves.
Ps 145,9 Sa miséricorde est sur toutes ses œuvres.
Rm, 8,21« La création aussi sera libérée de l’esclavage, de la dégradation inévitable, pour connaître la liberté, la gloire des enfants de Dieu ».

 

2. Qu’est ce que la Création?
– La Création est le premier livre de la révélation: son message est l’Amour absolu que Dieu a voulu répandre.
– Elle est le lieu de la communion avec Dieu et avec ton prochain.
Rm 1,20 « Ce que [Dieu] a d’invisible, depuis la création du monde, sa puissance éternelle et sa divinité, se laisse percevoir par le moyen de l’intelligence, à travers ses œuvres… »
Interroge la beauté de la terre, de la mer, de l’air partout où il s’étend, du ciel, du feu, de toutes réalités. Toutes te répondront: « Regarde-nous et observe comme nous sommes belles… mais cherche plus haut; nous ne sommes pas ton Dieu, mais (Ps 100,3) ‘C’est Lui qui nous as faits« . Leur beauté est comme leur hymne de louange. Ces créatures si belles mais changeantes, qui les a faites, sinon celui qui est la beauté et la bonté éternelle, source de toute bonté?
Attention à l’habitude de nos yeux, alors que la vie en permanence jaillit.

En grec, cosmos signifie d’abord « ornement » (comme dans le mot « cosmétique »): la splendeur de la Création reflète la gloire de son Auteur, sa beauté est l’expression de Sa bonté (bonté et beauté sont synonymes en grec).
Marie, Medjugorje: Toute la Création vous dit que Dieu vous aime.
Dante div com Paradis XXIII,5,145: L’Amour meut le soleil et les étoiles.
Quand une personne en aime une autre, elle cherche à le lui exprimer en lui faisant des cadeaux: c’est ce que sont les fleurs, les étoiles, oiseaux, splendeurs création…
L’expansion de l’univers manifeste la force de croissance de l’amour.
Thomas d’Aquin, Somme contre les gentils: La nature est une trace du Créateur (empreinte du doigt créateur…)

La théorie du big bang (acceptée par la plupart des scientifiques depuis son inventeur, le père Lemaître) et la théorie de l’évolution (acceptée depuis Pie XII, à l’inverse de l’idéologie évolutionniste) n’expliquent pas l’apparition de la vie elle-même, impossible à reproduire expérimentalement.

 

3. Comment se comporter envers la Création?
L’écologie chrétienne est théocentrique par son principe et sa fin. Elle demande:
3.1. HUMILITE et GRATITUDE envers le Créateur:
Accepter le donné naturel.
Reconnaître la dignité spécifique de l’être humain.
François d’Assise avec le loup de Gubio et son cantique des créatures, Gérasime avec un lion, Sérafim de Sarov avec un ours, Isaac le Syrien (ou « de Ninive », VIIè s) priant aussi pour la famille des reptiles, en raison de la grande compassion brûlant démesurément dans son cœur fait à l’image de Dieu) vivent un compagnonnage non égalitariste mais fraternel avec les autres créatures:
estime bienveillante, attention, en commençant par la louange au Créateur.
Contemple ta petitesse infinitésimale devant la voie lactée, et a fortiori devant le Créateur.
Même les êtres inanimés louent Dieu par leur simple existence, beauté, obéissance à des lois de Dieu ie reconnaissance de leur Créateur.
Grégoire le Grand Hom Evg 1,10: ~
Les cieux ont reconnu que Jésus-Christ était Dieu puisqu’ils ont envoyé aussitôt une étoile.
[Les eaux l’ont reconnu puisqu’à son commandement ils se sont changés en vin.]
La mer l’a reconnu puisque sous ses pieds elle consentit à être un chemin.
[La chair l’a reconnu puisqu’à sa Parole elle fut purifiée (Lc 17,14)].
[Les végétaux l’ont reconnu car à sa demande le figuier qu’il avait créé s’est desséché (Mt 21,19).]
[Les animaux l’ont reconnu puisqu’à son ordre les poissons se sont jetés dans les filets].
Le soleil l’a reconnu puisqu’il cacha les rayons, de sa lumière (Lc 23,44).
La terre et les rochers l’ont reconnu puisque à sa mort ils tremblèrent et se fendirent (Mt 27,51).
[L’air l’a reconnu puisqu’il se fit un vent à la Pentecôte (Ac 2,2).]
Pape François LS 155: « Apprendre à recevoir son propre corps, à en prendre soin et à en respecter les significations, est essentiel pour une vraie écologie humaine. » « Effacer la différence sexuelle parce qu’elle ne sait plus s’y confronter n’est pas sain« .

4 erreurs à éviter:
– La contradiction post-moderne, consumériste, individualiste, techniciste et hypocrite, vouée à l’échec, car prétendant préserver l’environnement en excluant l’être humain…
L’injection massive de pilules hormonales endommage les corps et les couples et contamine les rivières; la mutilation contraceptive nie l’ordre naturel et contribue au suicide démographique.
Quelle écologie environnementale sans écologie humaine et spirituelle d’abord?
Quelle cohérence à s’indigner pour un animal maltraité et empêcher la contestation de 60 millions d’avortements annuels dans le monde, ne pas respecter la vie humaine vulnérable, notamment en son commencement et en sa fin?
Quelle crédibilité à refuser les OGM, mais à manipuler l’ADN humain et l’embryon?
Tout ce qui est techniquement réalisable n’est pas éthiquement souhaitable.
– La vision anthropocentrique et horizontale de l’environnement.
Descartes présentait l’homme comme « le maître et le possesseur de la nature« .
– Le naturalisme ou écocentrisme (« centré sur la maison ») excluant le surnaturel: idolâtrie du donné matériel perçu, néopaganisme (culte à la terre-mère alors qu’elle n’est qu’une sœur et pas du genre humain: notre mère c’est Marie et l’Eglise), gnosticisme, panthéisme percevant la biosphère comme totalité indistincte, narcissisme physique, recherche du bien-être psychologique dans l’émotion confondue avec le bien-être spirituel, spiritualisme verbeux ou ésotérique de sectes écologistes, et le nihilisme malthusien de celles qui militent pour la destruction de l’humanité (stérilisation des pauvres…), tentation de toute-puissance et de faux saluts immanents; en somme l’homme se prend pour dieu décidant de tout
La « théologie de la libération écologique » fait les mêmes dégâts que la « théologie libération politique »; il ne s’agit d’ailleurs pas de théologie mais de théories, passant simplement de Marx à Gaïa.
– Le biologisme, idéologie refusant de distinguer la différence substantielle entre l’homme et l’animal, réduisant toutes les fonctions humaines à leurs seuls éléments biologiques et génétiques.

 

3.2. RESPONSABILITE envers le prochain et toute autre créature: CHARITE et SOBRIETE (vs égoïsme et voracité; cf. Laudato si 223)
Gn 1,28 « Soumettez-la! »: ce commandement n’est pas un blanc-seing mais une responsabilité; nous ne sommes qu’intendants.
Gn 2,15 « Le Seigneur Dieu prit l’homme et l’établit dans le jardin d’Éden pour le cultiver et le garder. »
Ex 20,12 « Honore ton père et ta mère, afin que tes jours soient prolongés sur la terre que YHWH, ton Dieu, te donne. »
1Co 3,9 « Nous sommes coopérateurs de Dieu »: pour la Création aussi.
L’envie du diable (Sg 2,24) et nos péchés ont mis le chaos dans le cosmos (Rm 5,12; 8,22), mais notre responsabilité est de restaurer le jardin de Dieu.
Cal Villot 1971: « Toute atteinte à la création est une atteinte au Créateur. »

Concrètement:
– la conversion personnelle; tout commence par là. Relation personnelle avec le Christ dans l’Eglise, préférence pour le prochain.
Accorde ta liberté à la nature, accord la nature à la grâce.
– les pratiques quotidiennes: éviter tous les contenants non biodégradables, ne rien jeter dans la rue et la nature, pratiquer le recyclage, limiter sa consommation de biens polluants, économiser l’énergie en éteignant lumière et appareils et en utilisant le vélo autant que possible.
– l’éducation
– le témoignage sans moralisme, pour aider aussi ton prochain à prendre conscience.
– l’engagement social dans les media et en politique pour une écologie intégrale, promouvant:
* la dignité inaliénable de tout être humain;
* la famille naturelle;
* l’humanisation des relations sociales et internationales.

 

Citations:
Tertullien Adv Marcionem, 1.14:  » Que je t’offre une rose, oseras-tu encore calomnier le Créateur? »
Hilaire de Poitiers de Trin1,2-12: « L’auteur de si grandes choses ne peut être que plus grand. »
St. François de Sales: « [Dieu], je l’ai rencontré dans toute sa douceur et sa délicatesse dans nos plus hautes et rudes montagnes, où de nombreuses âmes simples l’aimaient et l’adoraient en toute vérité et sincérité; et les chevreuils et les chamois sautillaient ici et là entre les glaciers terrifiants pour chanter ses louanges » (Lt à la Mère de Chantal, oct. 1606, in Œuvres, éd. Mackey, t.13, 223).
Dostoïevski, L’Adolescent. 3,3, 385: « Dans chaque brin d’herbe, le mystère de Dieu se cache. Un petit oiseau chante, les étoiles, en armée innombrable, brillent au ciel la nuit: tout cela est mystère, tout ne tonne qu’un seul mystère. »
Ste Maryam de Jésus Crucifié
« Je ne puis me contenir: j’ai une paix, une joie si grandes! Je suis en Dieu et Dieu est en moi. Je sens que toutes les créatures, les arbres, les fleurs, sont à Dieu et aussi à moi…
Je voudrais un cœur plus grand que l’univers!
Tout le monde dort. Et Dieu si rempli de bonté, si grand, si digne de louanges, on l’oublie!.. Personne ne pense à lui!…
Vois, la nature le loue; le ciel, les étoiles, les arbres, les herbes, tout le loue; et l’homme qui connaît ses bienfaits, qui devrait le louer il dort!
Allons, allons réveiller l’univers… »
Elisabeth de la Trinité Lt à sa mère et à Guite qui se reposent en Suisse: « Jouissez bien de ce beau pays, la nature porte au bon Dieu. J’aimais tant ces montagnes, elles me parlaient de Lui. Mais, voyez-vous, mes chéries, les horizons du Carmel sont encore plus beaux, c’est l’Infini! »
Armand David Lazariste scientifique en Chine 1826-1900: Toutes les sciences qui ont pour objet les œuvres de la création tendent à la gloire de leur auteur: elles sont louables en elles-mêmes et saintes en leur but: connaître la vérité, c’est connaître Dieu ».
Einstein Comment je vois le monde, Flammarion 1999: [Dans les lois de la nature] «se révèle une raison si supérieure que toute la rationalité de la pensée et des systèmes humains est en comparaison une réflexion absolument insignifiante».
Claudel: Le parfum de la rose est une prière qui monte vers Dieu.
Jean-Jacques Olier: “Mon Dieu, je vous adore en toutes vos créatures; je vous adore, véritable et unique soutien de tout le monde; sans vous, rien ne serait, et rien ne subsiste qu’en vous.
Je vous aime, ô mon Dieu, et je loue votre majesté paraissant sous l’extérieur de toutes les créatures. Tout ce que je vois, ô mon Dieu, ne sert qu’à exprimer votre beauté secrète et inconnue aux yeux des hommes… Mon Dieu, vous êtes bien plus beau et plus parfait en vous que tout ce que je vois répandu dans le monde… tout me sert de peinture pour adorer l’original, qui est vous, ô mon grand Tout.
Je vous adore dans les desseins secrets de votre sagesse éternelle en la création de l’univers. Surtout, ô mon Dieu, je dois vous remercier d’avoir fait tout ce beau monde, pour me faire du bien…
Autant que je vois de créatures ou dans le ciel ou dans la terre, autant j’admire de ruisseaux de votre fécondité, de votre libéralité envers nous…” Vous paraissez sous des corps sensibles aux yeux de tous les hommes, lesquels ne peuvent vous voir en vous-même, qui êtes un esprit invisible, et qui ne pouvez être aperçu de nous. Vous vous rendez sensible sous toutes choses, pour être aimé, loué, et admiré de toutes sortes de créatures. Je vous adore par la foi, tel que vous êtes en vous, et je vous adore tel que vous me paraissez par le secours de mes sens, au-dehors de vous-même.
Mon Dieu, vous êtes bien plus beau et plus parfait en vous que tout ce que je vois répandu dans le monde. Il n’y a que figure en tout ce que je vois, il n’y a de vérité que dans vous-même; tout me sert de peinture pour adorer l’original, qui est vous, ô mon grand Tout…”
“Mon Dieu faites que je vous voie par la foi, et que je vous regarde par sa lumière mille fois plus sublime, plus pure, plus certaine, et qui dit plus elle seule que tout le monde ensemble.
Je vous adore, ô mon Dieu, en toutes vos beautés et perfections, telles que vous les possédez en vous-même.
– J’adore votre splendeur et votre majesté, plus belle mille fois que celle du soleil.
– J’adore votre fécondité, mille fois plus admirable que celle qui paraît dans les astres.
– J’adore votre vie, infiniment plus agréable que celle qui paraît dans les fleurs.
– J’adore votre activité, infiniment plus agissante que celle qui paraît dans le feu.
– J’adore votre stabilité, infiniment plus arrêtée et plus solide que celle de la terre.
– J’adore votre subtilité, infiniment plus délicate que celle qui paraît dans l’air.
– J’adore votre douceur, et votre calme mille fois plus paisible que celui de nos fleuves.
– J’adore votre étendue, mille fois plus vaste et immense que celle des océans et des mers qui enferment le monde.
– J’adore votre hauteur, un million de fois plus sublime que les montagnes que je vois.
– J’adore votre vitesse, qui passe celle des cieux.
Mon Dieu, dans vos ouvrages, rien n’est comparable à vous!… Ô tout Être, que vous êtes parfait! Que vous êtes pur et saint! Quand sera-ce que j’aurai ce grand bien de vous voir en vous-même?…
Mon Jésus, soyez béni, doux principe de ma vie, soyez béni par-dessus toutes les créatures qui périssent, et qui ne sont rien que vanité, des tableaux de deux jours et des figures qui passent dans un moment!”
Cal Müeller: « Le véritable danger pour l’humanité aujourd’hui, ce sont les gaz à effet de serre du péché et le réchauffement climatique de l’incrédulité et de la dissolution de la simple morale naturelle, lorsque [la culture dominante] ne connaît et n’enseigne la différence entre le bien et le mal, [et ne veut plus reconnaître le simple donné biologique (théorie du gender)]. Le meilleur environnementaliste et amoureux de la nature est le prédicateur de l’Évangile qui enseigne qu’il n’y a de survie qu’avec Dieu, une vie qui n’est pas limitée et courte, mais pour toujours et pour toujours. »