Carême, la grâce à ne pas louper


 
 

Temps du carême


Le Carême désigne les 40 jours de semaine menant à Pâque (en plus des dimanches). Le terme vient de quadragesima, en latin: Quarante, qui a dans l’Ecriture toute une signification symbolique, donnant au Carême toute ses dimensions spirituelles. Ce sont en effet les:
– 40 jours de pluie du déluge (Gn 8,6), temps de purification
– 40 jours de Moïse sur le Sinaï (Ex 34,28), révélation et Alliance avec Dieu
– 40 années d’Exode des Hébreux au désert, lieu de rencontre avec Dieu, de combat spirituel et de marche vers la Terre de la promesse.
Os 2,16 Mon épouse infidèle, je vais la séduire, je la conduirai au désert et je parlerai à son coeur.
– 40 années de repos donné par Dieu au peuple à chaque fois qu’il fut fidèle (Jg 3,11; 5,31, 8,28), inverse des quarante années d’oppression dans lesquelles le peuple est tombé par ses péchés, jusqu’à sa délivrance (Jg 13,1)
– 40 années de règne de Saül (Ac 13,21), de David (2S 5,4-5) et de Salomon (1R 11,41), les 3 premiers rois d’Israël.
– 40 jours d’Elie sur l’Horeb (1R 19), signifiant la théophanie (manifestation de Dieu) et la consolation dans l’épreuve.
– 40 jours d’écoute du prophète Jonas et de conversion de Ninive, pour être sauvés (Jon 3)
– 40 jours de jeûne et de tentations du Christ (Mt 4), car le carême est aussi un temps de combat, d’où avec le Christ nous sortons victorieux (cf. Rm 8,37).
De même 40 jours d’affilée, Goliath vint éprouver Israël avant la victoire de David (1S 17).
– 40 jours d’enseignement de Jésus ressuscité à ses disciples avant l’Ascension.
– 40 semaines de grossesse d’un enfant, car le Carême est le moment par excellence pour « naître d’en haut » (Jn 3,7), recevoir la Vie nouvelle du Christ ressuscité.

– 40 a enfin pour sens symbolique la diffusion de la Loi du Seigneur (Dt 4,13 les « 10 Paroles ») dans les 4 directions de l’univers; et la vie des 8 Béatitudes (Mt 5) comme fruits de la Passion du Christ (à travers ses 5 plaies).

Le Carême est donc une grande retraite annuelle, une école de conversion, c’est-à-dire le moment  de nouer ou renouer une relation d’amour plus vraie, vivante et profonde avec le Seigneur.
Cela suppose  de reconnaître les entraves  à cette relation, ce que nous avons à nous faire pardonner (péché, indifférence, refus….) et ce que nous-mêmes avons à « pardonner » à Dieu ou à d’autres.
Benoît XVI message 2011: « Ce temps est une opportunité pour laisser de coté l’égoïsme et l’attachement aux choses matérielles. »
C’est un temps de grâce que Dieu te donne pour la restauration de ta relation à Lui, aux autres, et à toi-même.
Le Carême est donc un temps de fête (en anglais: fasting is feasting); il n’est perçu comme un temps d’abattement que par ceux qui le vivent de façon légaliste -ou qui ne le vivent pas du tout…

Le Carême n’est pas un temps triste: seul le péché est triste (répéter); la seule vraie tristesse en ce monde c’est de ne pas être plus saint (Cf. Léon Bloy). Laisse donc enfin Dieu faire de toi un saint! (pas après pas)
Le contenu principal du carême, ce n’est pas moins de petites choses (sucre…), mais plus de grandes choses: recevoir plus de Jésus!
Assez avec la tiédeur! Pour bénéficier de ces grâces, il y a 4 moyens principaux, résumés en 4 P:
                Parole de Dieu, Prière, Pénitence (réconciliation, jeûne), Partage (aumône, service…)

Dimensions spirituelles du Carême. Il s’agit d’un temps de:
libération (de tes esclavages et  idoles, pour adorer le Vrai Dieu, retourner au Père)
repentir, qui est la porte d’entrée de la Miséricorde: réconciliation et rencontre avec Dieu.
Le séjour au désert est un temps de mise en route et de cheminement, de révélation, d’épreuve purifiante, de combat, de reconnaissance de ta condition de pécheur, d’accueil de la miséricorde, de victoire par la force seule de Dieu, de scellement de l’alliance, d’entrée dans la terre promise (salut).
2Co 5,20 Nous sommes donc en ambassade pour le Christ; Dieu lui-même en fait vous exhorte par nous; nous vous en supplions au nom du Christ: laissez-vous réconcilier avec Dieu.
Ps 45,11 Arrêtez-vous, et  connaissez que moi Je suis Dieu.
Jl 2,12  Revenez jusqu’à-moi (en hébreu: shuvu addai, vs eli) de tout votre coeur, dans le jeûne, les pleurs et les cris de deuil.
fiançailles avec Dieu, tournées vers les noces qui seront célébrées sur la Croix: intensification de ta relation avec ton Seigneur, pour que cela produise des fruits toute l’année. Ne gaspille pas tes souffrances mais unis-les à celle de Jésus
Tu es appelé à la sainteté non pour un intermède mais tous les jours de ta vie.
En anglais, Carême se dit Lent, qui vient de « lenghtening of daylight » = allongement de la lumière du jour: le Carême est une sortie des ténèbres de l’hiver vers la « lumière éternelle » (Is 60,20 et al) de Pâque, le « jour sans déclin » du Ressuscité.
– pèlerinage de « montée à Jérusalem« , te préparant à la mémoire de la Passion et de la Résurrection du Christ. Rappel: ascèse signifie exercice (grec askesis)…
réconciliation avec tous


Itinéraire liturgique de l’Eglise
– Le Carême commence par le mercredi des Cendres, que l’on reçoit sur le front en signe de conversion comme Ninive (Jon 3,6), avec le verset:
Gn 3,19 Rappelle-toi que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière. Ou: Mc 1,15 Convertissez vous et croyez à l’Evangile.
C’est un jour d' »abaissement » (à l’exemple du Christ qui « s’humilia » en « prenant la condition de serviteur, semblable aux hommes… jusqu’à la croix » -cf. Ph 2,8), symétrique par rapport à Pâque, de l’élévation du Christ à l’Ascension, qui a lieu 40 jours après la Résurrection.
Les cendres peuvent aussi symboliser la combustion de nos péchés, par le sacrifice vicaire du Christ.
Elles forment sur le front de chacun la croix du Christ qui est l’arme de notre victoire, lors de Sa Passion et lors de tous nos combats encore à venir.
– Puis il est rythmé par 6 dimanches:
* tentations du Christ, archétypes de tous nos propres combats
* Transfiguration, annonce de la contemplation du Ressuscité
* Rencontre de la Samaritaine –Jn 4- (année B: purification du Temple Jn 2,13; année C: tour de Siloé Lc 13,1), images de la conversion
* Guérison de l’aveugle né -Jn 9; « dimanche du Laetare » Ga 4,27- (année B: le Fils de l’homme Jn 3,14-21; année C: le fils prodigue Lc 15,1), annonces du Salut en Jésus-Christ
* réanimation de Lazare -Jn 11- (année B: le Fils de l’homme Jn 12,20-33; année C: femme adultère Jn 8,1s), révélation de la Miséricorde de Dieu à l’oeuvre
* Rameaux-Passions, ouvrant sur la Semaine Sainte, sommet de l’année et du Mystère de la Foi.

Les évangiles lus à la messe sont plus longs dans cette période, car dans les siècles de fondation de l’Eglise en Europe, le carême était un temps de catéchèse pour la préparation au baptême des nombreuses personnes quittant le paganisme: pour nous, cela demeure un temps particulier de retraite pour écouter de plus près l’Ecriture sainte et former notre âme en vue de la Pâque nouvelle et éternelle.


12 questions de fond pour ré-Orienter sa vie en profitant de la grâce du Carême:
– Qu’est-ce que je fais de ma vie?
– Est-ce que je fais fructifier mes talents?
– Qu’ai-je fait de mes rêves de sainteté, de mes beaux projets?
– Où en suis-je avec les gens que je fréquente?
– Est-ce que je pardonne?
– Est-ce que je partage?
– Ai-je la patience d’écouter mes collègues, frères et sœurs, enfants, conjoint?
– Ai-je la patience de répondre avec la douceur du Christ à ce que je perçois comme une offense?
– Où en suis-je avec Dieu?
– Y a-t-il un domaine où j’ai démissionné du combat spirituel?
– Est-ce que je prends au sérieux les paroles du bon Dieu (ou est-ce que je contourne celles qui me dérangent)?
– Est-ce que je prends au sérieux les moyens pratiques qu’Il a donnés pour la vie spirituelle?

15 propositions concrètes
Les psys disent que 80% des résolutions de début d’année s’évanouissent en quelques semaines, parce qu’elles ne sont pas des objectifs mesurables. Le Carême est l’occasion de choisir quelques exercices spirituels concrets réalisables. Pour vivre librement et ne pas laisser les évènements te diriger, prends le temps de prévoir et préciser tes efforts de conversion. Les écrire, et les partager avec d’autres pour se soutenir mutuellement peut aider (mais sans jamais imposer à autrui, ni juger ceux qui ne sont pas avertis):
– écoute de tout ton cœur la Parole de Dieu au moins un verset par jour (cf. fiches Parole)
prie au moins 15 mn chaque jour (cf. fiches Prière)
En particulier l’oraison, la prière du coeur, le chapelet en couple ou en famille et la « Prière des heures » (en commençant progressivement) portent de nombreux fruits. D’autres dévotions sont à recommander selon les sensibilités (voir fiche).
Le vendredi vers 15h, on peut méditer un « chemin de croix ».
On peut intercéder en particulier pour le Pape, les évêques, les missionnaires, les prêtres et laïcs en ministère difficile, les croyants persécutés et leurs bourreaux, les personnes dans la souffrance, l’évangélisation, les pays actuellement en guerre, l’unité de l’Eglise, les femmes tentées par l’avortement, le salut des pécheurs y compris nous-mêmes, le bien de ceux qui nous font du mal…
– reçois le sacrement du Pardon (cf. fiche Pardon de Dieu)
pardonne aussi à tous ceux qui t’ont offensé sans exception et définitivement (cf. fiche Pardon; se décider à pardonner est déjà commencer à pardonner)
– participe chaque jour où cela t’est possible à la Messe (au Ciel, tu verras les trésors éternels dont Dieu t’y aura comblé)
Si tu ne le peux honnêtement pas, médite au moins les textes du jour dans un missel quotidien en communion avec toute l’Eglise
adore le Christ dans le Saint-Sacrement
jeûne de paroles mauvaises: murmures, médisance, mensonge, bavardage, impatience, injures, colère
jeûne de pensées mauvaises: jugement, jalousie, orgueil, fornication, projets de péché, tristesse, angoisse, manque de confiance en Dieu
jeûne de temps perdu à la TV, en videos inutiles, sur internet ou dans de vaines lectures. Dans tous les domaines culturels, choisis plutôt ce qui peut édifier ton âme et porte du fruit pour l’éternité.
jeûne de nourriture: se contenter de pain et de tisane au moins le vendredi midi, en faisant mémoire de la Passion. (CIC 1252) Voir la fiche Jeûne.
Le jeûne allège l’âme et la rend disponible à la grâce. Les bénédictions divines qui en découlent sont immenses, car on ne peut pas battre Dieu en générosité!
Concrètement on peut se passer de sel, sucreries, boissons en tout genre (notamment alcool), tabac, nourriture entre les repas…
partage: à chaque achat, donne quelque chose aussi à un pauvre ou à une œuvre
Si 3,30 Comme l’eau éteint le feu, ainsi l’aumône éteint le péché.
Mt 10,8 Vous avez reçu gratuitement:  donnez gratuitement.
partage ton temps par une visite (malade, prisonnier, personne isolée…), un courrier à des personnes qui attendent des nouvelles, un service gratuit (sans rien attendre en retour)…
Les services sociaux de l’Eglise (ou autres) manquent souvent de volontaires.
1P 4,8 La charité couvre une multitude de péchés.
– prévois une retraite, au moins une vraie demi-journée pour écouter la Parole de Dieu, prier et noter à la fin ce que tu as reçu de Dieu
– nourris ta vie spirituelle en te formant: étude du Catéchisme de l’Eglise Catholique, vies de Saints, écrits de Pères, enseignements de papes… L’éternité compte un peu plus que ton boulot…
– pour des époux ou une famille, mettez de nouveau Dieu et l’Amour au centre de vos relations, par le dialogue, l’attention à l’autre (service caché et avant que l’autre l’ait demandé), la prière commune, la décision de la joie contre la tristesse, des actes de charité en commun (hospitalité envers une personne extérieure à qui cela pourrait faire du bien,..)


Jean-Paul II, 13 02 2003: L’authentique conversion ne doit pas se réduire à des formes extérieures ou à de vagues propositions, mais elle exige la participation et la transformation de l’existence tout entière… Il faut… un réel changement intérieur et l’adhésion confiante à la parole du Christ.