MIRACLES


Merveilles de Dieu
TABLEAU DES MIRACLES DE JESUS ET DES PROPHETES
MIRACLE BIBLIQUE ET MIRACLES AUJOURD’HUI

Définitions: c’est un acte de puissance instantané et définitif, par lequel le Seigneur fait un signe aux hommes, manifestant sa Vérité et sa Bonté.
Nombreux déjà dans l’Ancien Testament, ils sont environ 40 miracles distincts rapportés dans les 4 évangiles (33 dans les synoptiques; 2 en commun avec Jean)

Le mot français miracle vient du latin miraculum, qui vient de mirari et exprime l’admiration, l’émerveillement (le français « étonner » vient du latin attonare: frapper du tonnerre).

En hébreu biblique:
moftim, מפת’ם (équivalent en grec têrata, τeρατα): grandes oeuvres, actes extraordinaires
otot, אות ou nes, נס: (équivalent en grec sêmeia, σεμεια): signes [de l’action divine]
nfla, נפלה: œuvre difficile/merveilleuse/surprenante.
(L’hébreu a encore d’autres termes, cf. Exode et Deutéronome).

Autres termes en grec:
dunamis, δυναμίς: puissance à l’œuvre
megaleia, μέγαλεια: grands/hauts faits, grandeurs
erga, εργα: grandes œuvres
thaumasia, θαυμασια: merveilles (effets en l’homme)

La révélation judéo-chrétiennes ne parle pas de « prodiges » (dont le but serait d’épater la galerie…) ou de magie (pour le pouvoir et l’argent): Jésus ne s’attribue pas lui-même la puissance mais lève ses yeux vers son Père (Jn 6,5; 11,41; 17,1; cf. Jn 5,36 Les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir… témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé): les miracles authentiques ne conduisent pas à soi-même mais au Père (contrairement à ce que présentent les apocryphes où Jésus chercherait à impressionner des enfants en transformant de l’argile en oiseaux -pseudo-évangile selon Thomas-). Ainsi Jésus refuse la vanité de sauter du pinacle de Temple (Mt 4,7).

Dans l’Ecriture, ce que Dieu vise n’est pas uniquement de réaliser un oeuvre de miséricorde, mais de révéler quelque chose pour susciter et fortifier la Foi. Pour percevoir la signification des miracles bibliques, il importe donc aussi de ne pas oublier le contexte particulier, les circonstances de ce miracle.

Dieu respectant toujours la liberté de conscience, le but des miracles n’est jamais de contraindre la Foi: la Foi précède ou parfois accompagne le miracle, dans un cœur déjà ouvert et confiant en son Créateur (« ta a foi t’a sauvé »). Ils ne sont pas une preuve mais une aide (une grâce).
La finalité des miracles authentiques est d’attester la bonté absolue, gratuite et toute puissante de Dieu et la divinité de Jésus.
Comme signe, ils montrent un monde renouvelé et autre, le royaume de Dieu.
Puisque nous ne sonnes pas esclaves mais enfants de Dieu, ils demandent la coopération libre de l’homme (conversion personnelle; cf. 1Co 3,9).
Les sceptiques radicaux « modernes » prétendument rationalistes ont irrationnellement prétendu limiter le réel à ce qui est expérimentalement reproduisible, et ont alors réduit ces miracles à de simples symboles ou pieuses fictions. (Le philosophe et président américain Jefferson +1903 par exemple, édita une bible expurgée de tout les passages surnaturels, et semblablement, David Hume +1773, plaçant la perception humaine de l nature au dessus du Créateur, excluait strictement l’existence de tout événement surnaturel…)
Mais l’analyse littéraire et les nombreux témoignages historiques montrent que les Anciens, qui n’étaient ni des idiots ni des menteurs, ont bien perçu et transmis ce que les miracles sont: des actions directes du Créateur intervenant avec puissance dans Son oeuvre, qui n’est pas sortie spontanément de rien: Dieu tout-puissant est souverainement capable de faire des exceptions dans l’ordre naturel qu’il a créé; les témoins et évangélistes n’auraient pas ensuite accepté de changer et donner toute leur vie pour des fictions qu’ils auraient eux-mêmes inventées.

Là où Moïse ou les prophètes employaient des objets symboles de l’autorité reçue de Dieu (bâton, manteau…) et invoquaient par des supplications la puissance du Seigneur au-dessus d’eux, Jésus a été le premier et le seul à opérer des miracles* par Lui-même (sa main, « Je »…), manifestant ainsi son essence divine.
Dieu opérait déjà des miracles dans la Première Alliance et continue de le faire, en particulier dans le christianisme par la médiation des charismes, grâces reçues pour un temps par certains croyants en vue du bien d’autrui. Les « auteurs » humains n’ont pas de puissance pour agir ainsi par eux-mêmes. Padre Pio disait bien n’avoir aucun pouvoir et n’être que spectateur de ce que Dieu faisait.
1Co 12,7 A chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune.
(* attestés par le Talmud et l’historien antique Flavius Josèphe, Antiquités judaïques 18,63.)

Du point de vue chrétien, Dieu agissant aussi, dans une moindre mesure, dans d’autres religions, on peut parfois aussi y observer des miracles.
Les démons eux-mêmes, ayant pris une autorité limitée sur le monde, sont aussi capables de quelques miracles (et magie: illusion de miracles puisque satan est « père du mensonge », Jn 8,44; le diable ne crée rien mais peut dans certaines limites produire des effets extraordinaires avec ce qui existe).

Types de miracles:
* actions sur les personnes vivantes:
   . 23 guérisons, parfois comme légitimation (du pardon par la guérison, eg Kpharnahum Mt 9…)
   . 6 exorcismes
* 3 réanimations de morts: fille de Jaïre Mt 9,18-19, fils de la veuve de Naim Lc 7,11-15, et Lazare Jn 21,1-11. S’y ajoute sa propre Résurrection.
* 9 actions sur la réalité physique:
. dons (multiplications des pains… Jn 6; transformation de l’eau en vin Jn 2,1-11; deux pêches miraculeuses Lc 5,1-11 et Jn 21,1-11, monnaie trouvée dans la bouche d’un poisson Mt 17,24-27)
. maîtrise divine des éléments et épiphanies (tempête apaisée… Mt 8,23-27; figuier devenu sec Mc 11; marche sur les eaux comme Moïse traversant la mer… Jn 6 ou Mt 14,25; Transfiguration Mt 17…)
Effets des miracles divins:
* la libération par rapport à un mal terrestre (maladie, possession, danger, besoin, mort)
* le renforcement de la Foi du bénéficiaire et des témoins croyants
* le salut de tout l’être (eg Lc 17,19)

Objections: le préjugé du scepticisme « moderne » athée pose comme dogme absolu sa capacité de reproduire soi-même un phénomène pour prouver sa réalité; mais c’est se prétendre son propre dieu que de revendiquer le contrôle total de tous les éléments et causalités de la matière, ne serait ce que du simple microcosme qui nous entoure, c’est ne pas accepter les limites de notre raison et de nos moyens pour refuser de dépendre d’un Créateur plus grand que soi. Ne pouvant pas les expliquer, certains forcent alors les explications naturalistes (noyades des égyptiens dans 10 cm d’eau, psychosomatismes individuels ou collectifs…), en n’exigeant subitement plus que ces phénomènes soient reproductibles, ou plaquent des figures de style imaginaires (ange symbolique, mensonge apologétique coordonné et systématique)…
Nier les miracles serait ne pas reconnaître Dieu comme Créateur de l’Univers et Père, rejeter la révélation judéo-chrétienne (en la réduisant à une simple morale), refuser l’Incarnation, la Résurrection…; ainsi que les miracles obtenus par les Apôtres après l’Ascension (cf. Actes).

Aujourd’hui, les miracles n’ont pas cessé car:
Ml 3,6 Je suis l’Eternel, je ne change pas!
He 13,8 Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement.
Mc 16,17-18 Voici, les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru…
Il n’y a aucune raison en dehors de l’ignorance, la tiédeur et l’orgueil pour que les miracles relatés dans la Parole de Dieu n’aient plus lieu aujourd’hui.
Dieu répond toujours, à Sa manière et en Son temps, à nos prières de demande: voir les 4 tuyaux d’exaucement dans la fiche Prière.
Un miracle s’obtient en particulier si on ne se demande pas: « cela peut-il se faire?, ou par quels moyens? », car cela signifierait  un doute rédhibitoire.
Un miracle est une confirmation de la présence du Royaume de Dieu sur la terre (Lc 17,21; Vatican II, LG 5). Sa reconnaissance suppose que le phénomène extraordinaire examiné soit inexplicable dans l’état actuel des connaissances scientifiques, et qu’il apparaisse en lien avec les prières adressées à Dieu (par un simple fidèle, ou aussi souvent par l’intercession d’un Serviteur-/Servante- de Dieu en vue d’une béatification, d’un Bienheureux ou d’un Saint).
A partir du moment où un chrétien prend fidèlement les moyens du salut que le Christ a donnés (Parole de Dieu, prière, sacrements…), il peut sans mérite de sa part, recevoir des charismes, c’est-à-dire une grâce divine transitoire, pour le bien d’autrui. En particulier, comme c’est révélé dans l’Ecriture, le charisme de guérison, et le charisme de Foi (avec une forme particulière rare, le charisme de miracle -réanimation de morts, membres qui repoussent…).
Mc 9,23 Tout est possible à celui qui croit.
Jn 14,13 Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera même de plus grandes parce que je vais vers le Père.
C’est Dieu seul, le Créateur qui agit, à travers le croyant.
Si tu attends des miracles de Dieu -ce qui manifeste ta confiance en Lui-, commence par réaliser en toi-même le miracle de renoncer à tout péché et de changer ta vie.

Caractères des miracles divins:
Le miracle n’est pas pour démontrer (satan peut dans certains cas en faire autant, en vue d’en tirer un plus grand mal, plutôt tôt que tard…) mais pour susciter et fortifier la Foi et conduire.
. renvoi systématique à Dieu comme origine du miracle: humilité vs vanité
. méfiance déclarée de Jésus face aux demandes de signes qui viendraient légitimer son autorité
. lien entre miracle et foi:
le miracle conduit à la foi: qui est donc Jésus pour faire cela? Soutient la conversion.
le miracle est l’œuvre de la foi: ta foi t’a sauvé.
Il y a la foi avant le miracle, ce petit minimum de foi qui permet d’aller à Jésus. Il y a la foi après le miracle qui est plus forte. Il faut donc de la foi pour le miracle, et le miracle augmente la foi.
. action de la Parole.     Annonce du Royaume.
. Les récits de miracles sont inséparables du plus grand miracle que représente la Résurrection. Les miracles ont préfiguré et ensuite manifesté ce que la Résurrection a accompli. La puissance divine à l’œuvre dans les miracles éclate dans la résurrection.
. dialogue, explicite ou implicite, de prière et de confiance.
. intention exclusivement bénéfique, et non fantaisiste ou pour épater la galerie
. effet libérateur, pour le bien de toute la personne
. gratuité de l’intervention
. rôle de l’homme dans le miracle: mouvement (aller à la piscine), foi, …
. caractère ecclésial (communautaire): présence de la communauté et agrégation de celui qui est guéri à la communauté.
. témoignage, pq signes
. révélation progressive (secret messianique)
. caractère eschatologique: c’est le signe du jour du Seigneur.
. Pour Marc, les miracles sont les signes de la réalité christologique de Jésus.
. Matthieu situe les miracles comme accomplissement des Ecritures.
Les miracles illustrent le Royaume, les paraboles disent le Royaume à
union action et paroles en Jésus, dont la mission est l’annonce et la réalisation du Royaume.
Thomas d’Aquin ST III, 43,1: Les miracles diminuent le mérite de la foi, aussi le Seigneur dit-il (Jn 4,48): Si vous ne voyez pas des signes et des prodiges, vous ne croyez pas.

Spécificités par évangile:
* Mt souligne l’accomplissement des Ecritures (Ancien Testament)
* Mc (31% du texte consiste en miracle) vise à présenter l’identité messianique et divine de Jésus
* Lc présente Jésus comme Sauveur
* Jn présente un itinéraire spirituel de 7 signes, depuis les noces de Qana, jusqu’à la Résurrection de Lazare, avec 2 guérisons en tout dans les piscines de part et d’autre du Temple, et au centre le don des pains.

Miracles de Jésus Références par évangile
Guérison ou délivrance de tous ceux qu’on lui apporte (Mc: « beaucoup ») Mt 4,23-25 Mc 1,32-34
Purification d’un lépreux Mt 8,1-4 Mc 1,40-45 Lc 5,12-16
Guérison du serviteur d’un centurion Mt 8,5-13 Lc 7,1-10
Guérison de la belle-mère de Pierre Mt 8,14-15 Mc 1,29-31 Lc 4,38-39
Guérisons et délivrance le soir à la porte (Mc: bcp) Mt 8,16-17 Mc 1,40-41 Lc 4,40-41
La tempête apaisée Mt 8,23-27 Mc 4,35-41 Lc 8,22-25
Délivrance du/des possédé/s de Gadara/Gerasa Mt 8,28-34 Mc 5,1-20 Lc 8,26-39
Guérison d’un paralytique descendu par le toit Mt 9,1-8 Mc 2,1-12 Lc 5,17-26
Guérison de la femme hémorroïsse Mt 9,20-22 Mc 5,24-34 Lc 8,43-48
Résurrection de la fille de Jaïre Mt 9,18-19, 23-26 Mc 5,21-23;35-43 Lc 8,40-42, 49-56
Guérison de deux aveugles Mt 9,27-31
Délivrance d’un homme démoniaque Mt 9,32-34
Guérison de la main desséchée d’un homme Mt 12,9-14 Mc 3,1-6 Lc 6,6-11
Guérison d’aveugles et délivrance d’un muet possédé Mt 12,22-37 Mc 3,20-30 Lc 11,14-23
Don des pains aux 5 000 hommes Mt 14,13-21 Mc6,30-44 Lc 9,10-17 Jn 6,1-14
Marche sur la mer Mt 14,22-33 Mc 6,45-52 Jn 6,16-21
Guérison de la fille d’une syrophénicienne Mt 15,21-28 Mc7,24-30
Guérison de « boiteux,aveugles, muets, estropiés, et beaucoup d’autres «  Mt 15,29-31
Don des pains à 4 000 hommes Mt 15,32-39 Mc8,1-10
Délivrance d’un garçon épileptique Mt 17,14-21 Mc 9,14-29 Lc 9,37-43
Monnaie retrouvée ans la bouche d’un poisson Mt 17,24-27
Guérison des deux aveugles de Jéricho Mt 20,29-34 Cf. Bar-timée 10,46
Le figuier desséché Mt 21,18-22 Mc 11,12-14
Délivrance de l’homme à l’esprit impur dans la synagogue Mc 1,22-28 Lc 4,32-37
Guérison d’un sourd et muet Mc 7,31-37
Guérison d’un sourd et aveugle à Bethsaïde Mc 8,22-26
Guérison de l’aveugle Bartimée à Jéricho Mc 10,46-52 Lc 18,35-43
Pêche miraculeuse Lc 5,4-11
Résurrection du fils de la veuve de Naïn Lc 7,11-17
Guérison de la femme courbée Lc 13,10-17
Guérison d’un homme hydropique Lc 14,1-6
Guérison des dix lépreux en Samarie Lc 17,11-19
Guérison de l’oreille de Malchus Lc 22,50-53
Les noces de Qana Jn 2,1-11
La vie redonnée au fils de l’officier royal Jn 4,46-52
Guérison de l’infirme de Bethzata Jn 5,1-13
Guérison de l’aveugle de Siloé Jn 9,1-12
Résurrection de Lazare Jn 11,38-44
Pêche miraculeuse Jn 21,1-14

Jn 20,30 « Jésus fit aussi devant ses disciples beaucoup d’autres signes, qui ne sont pas écrits dans ce livre. »

Miracle dans les Actes Références
Tout le monde est émerveillé par les miracles accomplispar les apôtres Ac 2,43
Pierre guérit un homme boiteux de naissance et se faitarrêter; les autorités sont obligées de reconnaître qu’un « signe » aété réalisé Ac 3,2-10; 4,16.22
Les apôtres opèrent de nombreuses grandes œuvres et dessignes, guérisons et exorcismes;
l’ombre de Pierre a le pouvoir de guérison
Ac 5,12-16
Un ange sauve les apôtres de la prison Ac 5,18-20
Etienne opère des grandes œuvres et des signes Ac 6,8
Philippe opère des signes, guérisons et exorcismes enSamarie Ac 8,6-7
Les signes et les miracles de Philippe émerveillent Simonle magicien Ac 8,13
L’Esprit du Seigneur enlève Philippe de la route de Gazaet le place à Azot Ac 8,39-40
Conversion, cécité, et guérison de Saul par les mains d’Ananias Ac 9,1-18; 22,6-13; 26,12-18
Pierre guérit Enée à Lydda Ac 9,33-34
Pierre relève Tabitha / Dorcas Ac 9,36-41
Un ange sauve Pierre de la prison Ac 12,6-11
Paul frappe Bar-Jésus / Elymas d’aveuglement Ac 13,6-11
Paul et Barnabé opèrent des grandes œuvres et des signes àIconium de Phrygie Ac 14,3
Paul guérit un homme boiteux de naissance à Lystre puis sefait lapider Ac 14,8-10
Paul et Barnabé racontent les grandes œuvres et signes effectuésparmi les non-Juifs Ac 15,12
Paul chasse un esprit de « divination » Ac 16,16-18
Paul et Silas sont libérés de prison par un tremblement deterre Ac 16,26
Dieu opère des « miracles extraordinaires » parPaul; des vêtements qui l’ont simplement touché ont le pouvoir de guérison Ac 19,11-12
Paul soulève Eutychus après qu’il est tombé d’une fenêtredu troisième étage Ac 20,9-10
Paul survit à la morsure d’une vipère Ac 28,3-6
Paul guérit le père de Publius et d’autres Ac 28,8-9

 

Miraclesopérés par les prophètes
Prophète / Saint Miracle Référence
Moïse/Aaron Le bâton d’Aaron changé en serpent Ex 7,10-12
Moïse Les Dix Plaies Ex 7,20-8,12,30
Moïse La Mer Rouge fendue Ex 14,21-31
Moïse Les eaux de Marah rendues potables Ex 15,23-25
Moïse La manne Ex 16,14-35
Moïse L’eau du rocher Ex 17,5-7; cf. Nb 20,7-11
Moïse Le bâton d’Aaron fleurit Nb 17,5-7
Moïse Incendie à Tabe’ra Nb 11,1-3
Moïse Le sol s’ouvre sous Koré et son groupe Nb 16,30-33
Moïse Regarder le serpent d’airain guérit les morsures Nb 21,8-9
Josuée Le Jourdain est fendu Jos 3,14-17
Josuée Chute des murailles de Jéricho Jos 6,6-20
Josuée Le soleil et la lune arrêtent leur course pour permettre une victoire Jos 10,12-14
Samson L’eau du bassin à Lehi Jg 15,19
Samuel Pendant l’holocauste offert par Samuel, le Seigneur frappe de confusion les Philistins par le tonnerre 1S7,10-12
Samuel Samuel appelle le Seigneur à envoyer la pluie et le tonnerre 2S 12,18
Unprophète inconnu La main de Jéroboam desséchée puis et restaurée 1R 13,4-6
Elie Elie nourri par les corbeaux 1R 17,4-6
Elie La veuve de Sarepta reçoit huile et farine 1R 17,10-16
Elie Le fils de la veuve de Sarepta est ressuscité 1R 17,17-24
Elie Feu sur l’autel du Mont Carmel contre les 450 prophètes de Baal 1R 18,30-38
Elie Le feu consume cinquante hommes et leur chef après qu’Achazyah ait consulté Baal-Zebub 2R 1,10-12
Elie Le Jourdain est fendu 2R 2,8
Elisée Le Jourdain est fendu 2R 2,14
Elisée L’eau de Jéricho est rendue potable 2R 2,19-22
Elisée Les enfants se moquant sont malmenés par les ours 2R 2,23-24
Elisée L’eau vient pour l’armée de Josaphat 2R 3,16-20
Elisée L’huile de la veuve est multipliée 2R 4,2-7
Elisée La femme Shunamite enfante un fils 2R4,1-17
Elisée Elisée ressuscite le fils de la Shunamite 2R 4,18-37
Elisée La marmite empoisonnée devient bonne 2R4,38-41
Elisée 100 hommes nourris avec 20 pains 2R 4,42-44
Elisée Naaman guéri de la lèpre 2R 5,1-19a
Elisée Géhazi est frappé par la lèpre de Naaman 2R 5,19b-27
Elisée Le fer de la hache flotte sur le Jourdain 2R 6,1-7
Elisée Elisée entouré de chevaux et de chars de feu 2R 6,17
Elisée L’armée syrienne est frappée d’aveuglement 2R 6,18-20
Elisée Les os d’Elisée font ressusciter un mort 2R 13,21
Isaïe Ézéchias est guéri 2R 20,7
Isaïe Le soleil recule 2R 20,9-11
Shadrakh,Meyshakh, Abednego Sauvé de la fournaise Dn 3,1-30
Daniel Sauvé de l’antre du lion Dn 6,10-23
Jonas Sauvé du ventre du poisson Jon 1,17-2,10

 

Ancien Paisios Athos +1994: La personne qui demande des miracles, afin de croire en Dieu, manque de dignité. Dieu, s’Il le souhaite, peut rendre immédiatement croyant tout le monde avec l’un de ses miracles. Toutefois, Il ne le fait pas, car Il ne souhaite pas user de force envers le libre arbitre de l’homme; l’homme finirait ensuite par croire en Dieu, non par reconnaissance ou dette envers l’excessive bonté de Dieu, mais en raison de son pouvoir surnaturel.